Aller au contenu principal

CERFrance puy-de-dome avenir
Des précisions sur les conséquences du relèvement du taux de TVA

A compter du 1er janvier 2012 le taux de TVA applicable à un certain nombre de produits passera de 5,5 % à 7 %. Les factures faites en 2012 le seront au taux de 7 %.

Ce relèvement aura plusieurs conséquences : Pour les agriculteurs assujettis à la TVA, ce changement de taux sera transparent. Les factures seront payées avec un taux de TVA à 7 % mais elle sera récupérée lors des déclarations TVA. Cela se traduira par une avance de fonds qui s’élèvera de 500 à 1000 € pour une exploitation moyenne de notre département. Pour les non assujettis ce sera une bonne occasion de faire le point sur leur situation. Hormis le cas des agriculteurs réalisant un chiffre d’affaires réduit, largement tournés vers la vente directe et réalisant peu d’investissement, l’assujettissement à la TVA est préférable .

Les activités les plus concernées seront celles en lien direct avec le consommateur. Celui-ci ne récupère pas la TVA, le changement de taux constitue donc une hausse du prix. Pour ceux qui pratiquent la vente directe de produits destinés à l’alimentation humaine, le taux reste inchangé à 5,5%.

Fiscalement, c’est la date d'exigibilité qui est retenue pour déterminer le taux de TVA appliqué.

⁃ Une facture faite en 2012 supportera un taux de 7%.

⁃Une facture faite en 2011 et encaissée en 2012, pour une livraison réalisée en 2011, supportera une TVA à 5,5%.

⁃ Une facture faite en 2011 et encaissée en 2012, pour des prestations de services, supporte une TVA à 7%, sauf option sur les débits.

Se pose la question des devis réalisés avec un taux de TVA à 5,5% mais qui seront réalisés en 2012. Jusqu’à présent, un devis valait engagement du vendeur sur le prix TTC. Il n’est pas permis de répercuter une hausse de TVA. (sauf si une clause le précise comme par exemple : « La TVA à acquitter subira les variations éventuelles découlant des dispositions législatives ou réglementaires en vigueur lors des règlements »).

Toutefois, à l’heure où nous écrivons, il serait prévu que l’engagement d’un devis porterait seulement sur la base hors taxe. Même réalisé et présenté avec un taux de TVA à 5.5 %, l’entrepreneur pourrait réaliser sa facture avec le hors taxe convenu et une TVA de 7 %. Le changement de taux et donc la hausse du prix final ne pourrait même pas être invoqué pour renoncer à son achat. «L’acceptation du devis porte sur le montant hors taxe et la loi s’impose au contrat».

Pour l’enregistrement comptable

Il sera nécessaire d’introduire un nouveau code. Ce service est généralement compris dans les maintenances des logiciels comptables.

Les supports présentant les tarifs, qui affichent des prix TTC, devront être rapidement mis à jour : plaquettes de présentation des services, sites internet, … En effet, sans référence à une date donnée, il sera considéré que ces prix sont valables à ce jour. Il ne sera pas possible d’appliquer une hausse de tarif. De plus, en cas de hausse non signalée, cela évitera les remarques et réclamations de la part des clients.

En résumé

⁃ Les produits destinés à l'alimentation humaine, hors produits de luxe, ne changent pas.

⁃ Un devis engagerait le vendeur et l’acheteur sur la base hors taxe et non le TTC.

⁃ Le taux applicable est celui en vigueur à la date d'exigibilité de la TVA.

⁃ Pour les travaux déjà entamés, faire une facture et l'encaisser avant le 31 décembre 2011.

⁃ Les prix figurant sur les supports de présentation doivent être actualisés.

«Les éléments figurant dans cet article sont issus du projet de loi de finances qui sera voté fin 2011. Ce projet de loi peut encore évoluer. La discussion devant le Sénat commence le 13 décembre 2011. La question de la hausse du taux de TVA et de ses conséquences font l'objet d'intenses échanges et des éléments sont susceptibles d'évoluer. Seule chose certaine, ce qui sera facturé et encaissé avant le 31 décembre bénéficiera des anciennes dispositions.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole