Aller au contenu principal

“Des mesures d’urgence, faute de prix”

Lors de l’ensemble des mobilisations que nous avons menées tout au long de l’été, nous avons l’impression d’avoir été écoutés, mais malheureusement pas entendus !

Grâce à nos actions, des mesures d’urgence ont été mises en place. Même si elles sont loin d’être parfaites, elles ont le mérite d’exister et elles peuvent représenter une aide significative pour certaines exploitations. Les budgets correspondants sont insuffisants, il faudra donc veiller à optimiser leur utilisation.

Mais le problème de fond : les prix, lui, est toujours présent. Aucune proposition concrète n’a été faite pour assurer nos revenus ! Le gouvernement français s’est spécialisé dans l’organisation de tables rondes, dans lesquelles on prend de bonnes décisions mais que finalement peu respectent. Quant à l’Europe, la situation économique de ses agriculteurs n’a pas l’air de beaucoup la préoccuper, le libéralisme devant faire la loi !

Impuissant… c’est donc le sentiment qui anime aujourd’hui nos deux réseaux syndicaux, JA et Fnsea. Il est clair qu’aujourd’hui, nous avons l’impression d’être dans une impasse ! Nous, responsables syndicaux, souhaitons être honnêtes avec notre réseau. Depuis plusieurs mois, nous multiplions les actions pour alerter sur la situation dramatique de l’agriculture. Nous avons alerté les politiques chaque fois que nous avons eu l’occasion de les rencontrer. Nous sommes allés rencontrer la grande distribution. Nous avons discuté avec les intermédiaires. Puis nous avons durci le mouvement : blocage des abattoirs, actions dans les GMS, blocage des grandes villes ou des axes routiers, alerte des politiques. Nous sommes allés à Paris, puis à Bruxelles. A chaque fois, nous sommes rentrés dans nos exploitations avec de l’espoir, mais malheureusement les résultats se font toujours attendre alors que pour certains d’entre nous, la situation ne permet même plus l’attente.

On ne va pas se mentir, nous manquons de solutions, et nos marges de manœuvres sont faibles... Nous avons tout essayé, dans la limite de ce que peut faire un syndicat, et pourtant rien ne bouge. Aujourd’hui, la balle est dans le camp de nos politiques, de l’ensemble des acteurs de chaque filière et de la grande distribution! Nous, nous avons fait notre boulot, celui d’agriculteur et celui de syndicaliste, nous avons alerté sur la situation, le consommateur est avec nous. Les agriculteurs se sont adaptés chaque fois que cela a été nécessaire au contexte du marché, aux nouvelles normes, mais aujourd’hui les bornes sont dépassées. Si demain on veut encore des agriculteurs en France, il va falloir les sauver, et ça c’est le rôle de nos politiques !

Bien sûr, au sein de nos syndicats respectifs, nous allons continuer à marteler nos messages et à défendre nos intérêts. L’action collective garde tout son sens, elle a permis de porter nos revendications, d’alerter sur nos difficultés, et d’informer le consommateur. Même si la situation est complexe, même si les difficultés s’accumulent, nous allons continuer à nous battre pour sortir de cette impasse. Nous, syndicats, ne laisserons pas notre agriculture mourir à petit feu, sans continuer d’agir !

Marion Vedel, Présidente de JA 63 et Christian Peyronny, Président de la Fnsea 63



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole