Aller au contenu principal

DES FEMMES, DES HOMMES, DES CONVICTIONS !

Les candidats de la liste JA + FNSEA 63

Au quotidien, dans nos exploitations, nous sommes à la recherche de l’équilibre économique. Nous attendons aussi de la reconnaissance trop souvent bafouée mais ô combien indispensable pour vivre avec sérénité. Les organismes qui nous accompagnent - Syndicats, Chambre d’Agriculture, Cuma, Coopératives, SICA*, Mutualités, Crédit et autres OPA - aiguillent de leurs expertises les choix des exploitants. Mais nous devons, nous agriculteurs, rester maîtres de nos choix, en accord avec nos objectifs, nos historiques et nos territoires.

La rémunération reste LE SUJET au cœur de nos préoccupations


Même s’il existe autant de façon de bâtir le revenu agricole que d’exploitations, la rémunération passe d’abord par des prix construits au sein des filières sur la base de nos coûts de production. Cette rémunération est également conditionnée à l’atteinte d’un équilibre dans les relations  commerciales ; or aujourd’hui, force est de constater que nous sommes souvent la  variable d’ajustement des filières…
Nous avons besoin de perspectives et de stabilité. Les aléas climatiques, économiques, sanitaires de ces dernières années mettent clairement en évidence que nos exploitations ne peuvent pas tout supporter.
La stabilité de nos exploitations impose par ailleurs que nous agissions sur la  préservation et la sécurisation du foncier, encore trop morcelé, victime du gibier, des rats taupiers et de l’urbanisation ; et sur la gestion de l’eau où il est urgent de faire  preuve de bon sens, notamment en matière de stockage. Nous devons également faciliter l’accès à la main-d’œuvre pour faire face aux pics d’activité, accidents de la vie ou tout simplement prendre des congés bien mérités. Enfin, nous devons stopper la remise en cause permanente de nos pratiques et les sur-transpositions de normes qui plombent notre compétitivité. Face à cette réalité quotidienne, il est indispensable que la Chambre d’agriculture pèse de tout son poids vis à vis de ses interlocuteurs.
Elle doit reprendre toute sa place dans sa mission d’accompagnement pour faire évoluer la profession et donner envie aux  porteurs de projets de prendre leur avenir en main. Nous comptons bien le réaffirmer haut et fort demain à la tête de la Chambre d’agriculture.

Agir plutôt que subir


Chacun, à son échelle, a une part de solution et de responsabilité. Faisons preuve de lucidité et ne nous trompons pas de combat. En votant, c’est toute l’agriculture qui gagne.


* Société d’intérêts collectifs agricoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole