Aller au contenu principal

Installation en agriculture
Des dispositifs innovants pour assurer le renouvellement des générations

La moitié des agriculteurs vont cesser leur activité dans les dix prochaines années. Assurer le renouvellement des générations est un défi auquel s’emploient les chambres d’agriculture en interrogeant régulièrement leur accompagnement.

Portes d’entrée pour les candidats à l’agriculture, les points accueils installation ont vu leur fréquentation décupler ces derniers mois à la faveur d’un engouement pour le retour à la terre. En Auvergne-Rhône-Alpes, plus de 3 000 personnes en franchissent le seuil chaque année. Si tous ne concrétiseront pas leur projet, force est de constater que leur profil évolue, comme le détaille Laurence Romanaz, chargée de mission installation à la chambre régionale d’agriculture : « 62% ne sont pas issus du milieu agricole ; 56% ont plus de 30 ans ; 42% sont des femmes ; 45% veulent s’installer en individuel ; 30% ont un projet en bio et 27% souhaitent développer une activité de transformation fermière ». Au final, la région dénombre 1 700 nouveaux agriculteurs chaque année dont 1 300 ont moins de 40 ans. Une installation sur deux, soit en moyenne 800 par an, bénéficie de la dotation jeune agriculteur, qui fort d’une politique volontariste et coconstruite avec le Conseil régional avoisine les 40 000 euros par dossier en moyenne. « Si aujourd’hui on arrive à ces chiffres d’installation aidée, c’est qu’il y a un accompagnement des chambres d’agriculture. Des dispositifs existent avec des étapes assorties d’outils et de financements. Le Conseil régional est présent, l’Etat également. Construire son projet, s’entourer des meilleurs spécialistes est une nécessité, car c’est un engagement au moins pour une partie de sa carrière. L’objectif est de ne laisser aucun jeune sans réponses aux questions qu’il se pose », explique Gilbert Guignand, président de la Chambre régionale d’agriculture.

Reconversion, formation…

Des jeunes et des moins jeunes, qui voient en l’agriculture un horizon de reconversion. Là encore pour rendre leurs projets viables et vivables, des accompagnements spécifiques existent. « Nous suivons 1 110 porteurs de projets dans le cadre de la professionnalisation de leur projet. 800 se soldent par un plan de professionnalisation », précise Laurence Romanaz. Très prochainement, la Chambre régionale d’agriculture en lien avec le Conseil régional va initier une nouvelle forme d’accompagnement : le parcours-installation collaboratif. Il s’agit d’une mesure, qui devrait être financée à 50% par la Région, permettant à des porteurs de projets qui n’ont pas assez d’expérience d’en acquérir par le salariat sur une exploitation agricole. En clair, une convention est signée entre le salarié, la structure agréée et la structure accueillante pour une durée limitée, ce qui garantit un statut durant cette période au futur installé, et sécurise l’employeur sur le volet financier notamment. Objectif : 200 nouvelles coopérations par an d’ici fin 2030. La mesure devrait entrée en vigueur à compter du second semestre 2023.

L’élevage : toujours dans le top 3

La nouvelle génération d’agriculteurs plébiscite à 23% le maraîchage, à 15% l’élevage bovins lait, viande ou mixte (à noter, la spectaculaire remontée des projets en bovins en 2021 qui totalise 24% des dossiers), et à 14% les herbivores hors bovins : ovins et caprins essentiellement. En ovins, le regain d’intérêt réel. La présidente de la Fédération nationale ovine, Michèle Boudoin veut y voir l’effet des campagnes de sensibilisation déployée par la filière, du programme Innovin notamment. « Le programme Reconquête Ovine, initié en 2009, a permis de lancer une dynamique au sein de la production ovine grâce à des actions tournées vers l’amélioration des performances techniques et de l’image de la production. Face à ces constats, et dans l’élan du séminaire « dessine-moi un mouton » organisé en septembre 2014, la filière ovine (lait et viande) a réuni l’ensemble de ses partenaires autour d’un nouveau programme d’actions techniques et de promotion, Inn’Ovin, autour de deux grands enjeux : Produire plus d’agneaux et de lait pour satisfaire la demande et ainsi créer plus d’emplois sur l’ensemble du territoire, accroître le revenu des éleveurs tout en améliorant leurs conditions de travail et donc l’attractivité du métier d’éleveur ovin ». D’autres filières, comme celle du lait de vache ont lancé des opérations de reconquête. Des coopératives et des entreprises proposent des « bonus » spéciaux aux nouveaux installés. L’enjeu est tel que toutes les initiatives sont les bienvenues, à condition toutefois qu’elles matchent avec deux impératifs : celui de la rentabilité et de la vivabilité.

POUR ALLER PLUS LOIN

https://www.deveniragriculteur.fr/

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

De gauche à droite : Laurine Rousset, présidente JA43, Eric Richard, président de la section laitière FDSEA43, Stéphane Joandel, président de la section laitière régionale, Vincent  Chirent, producteur de lait 63 et Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 ont procédé à une  vérification des prix du lait au supermarché E.Leclerc à Clermont-Ferrand
Les producteurs revendiquent 500 €/1000 litres de lait
Dans un contexte de flambée des prix et de sécheresse sans précédent, les responsables professionnels de la région demandent à la…
Les agriculteurs investissent dans le matériel économe en eau.
Comité départemental de l’eau : un renforcement des mesures de restriction

Le secrétaire général de la préfecture a réuni le Comité départemental de l’eau le 19 juillet afin d’échanger sur la situation…

L’Axe Allier passe en alerte renforcée
A l’issue du Comité départemental de l’eau (CDE) du 9 août, le Préfet a pris le 5ème arrêté de restriction des usages…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal Massif central est venu à la rencontre des producteurs de lait.
Les producteurs de lait toujours dans l’incertitude
Le jeudi 4 août, les producteurs de lait puydômois ont mené une action devant les bureaux de Sodiaal à Clermont- Ferrand avant d'…
Durant les fortes chaleurs, les équipes de castration sont intervenues dans les champs le matin.
Les castrations sur la fin
La castration des maïs semence arrive bientôt à son terme après près d'un mois de travaux mais les fortes chaleurs laissent…
En marron, les communes classées en zone de montagne et qui bénéficient d'une majoration supplémentaire de 15%.
La récupération des eaux pluviales financée
L'Agence de l'Eau Loire-Bretagne double l'enveloppe financière de son appel à projets "économies d'eau dans les élevages" pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole