Aller au contenu principal

Filière bovine
«Des contingents supplémentaires de viande sud américaine ? Non merci !»

A l’appel de la fédération nationale bovine, une trentaine d’éleveurs du Puy-de-Dôme ont commis une action symbolique lundi 17 mai. Madrid accueille en effet la reprise des négociations commerciales entre l’UE et le Mercosur.

Lundi matin, le groupe conduit par l'Udsea-viande bovine a investi deux grossistes alimentaires de Clermont-Ferrand pour saisir des lots de viande bovine importés d'Amérique du Sud. Tee-shirt rouge flanqué du slogan « les producteurs de viande bovine en colère », drapeaux Fnsea à la main et caméras de presse alentour, les éleveurs ont trouvé 66 kg de viande brésilienne qu'ils ont emportés avec eux et brûlés hors de l'enceinte.
« Cette viande ne répond pas aux exigences sanitaires que l'Etat français nous réclame, c'est pourquoi nous ne la donnons même pas à la Banque alimentaire. Nous nous engageons, en revanche, à fournir la quantité de viande que nous avons prise, en viande de nos exploitations, à la Banque alimentaire » a déclaré Jean-Paul Thenot, président de l'Udsea - section bovine.

"Le double langage de l'Etat"

C'est en ces termes que Bruno Chaput, secrétaire général de l'Udsea, décrit le comportement de l'Etat vis-à-vis des éleveurs allaitants. « De nous éleveurs, on exige une traçabilité de la viande dès le vêlage, un suivi sanitaire, et pour tout cela, nous sommes contrôlés - et bien contrôlés. En même temps, on nous met en concurrence auprès des consommateurs et en particulier de la restauration collective - par le biais des grossistes- avec des viandes issues de pays qui ne répondent à aucun des critères d'exigence français et européens. Des exigences sanitaires ? Chez eux la traçabilité commence à l'abattoir, on ne sait pas ce qui se passe sur leurs exploitations ! Exigences sociales ? Là-bas, les fermes sont de grandes fermes capitalistes, à l'opposé de nos fermes qui sont des structures familiales. Exigences environnementales ? On sait combien d'hectares de forêts brûlent pour y implanter leurs exploitations. Et pour leurs producteurs, les pressions économique et fiscale n'ont rien à voir avec celles qui sont les nôtres ! »

 

 

Des coûts de production trois fois supérieurs à ceux du Mercosur

Cette estimation émane de l'Udsea. « le kilogramme de viande est payé 30 centimes de moins qu'en 2008 » (Jean-Paul Thenot). « Avec des charges bien plus élevées qu'au Brésil » renchérissent ces trois éleveurs du Livradois interviewés. « Nos dépenses en carburant, matériel et réparations, assurances, suivi sanitaire en lien avec la F.C.O., et cotisations sociales ont beaucoup augmenté . Et ce sont ceux qui nous achètent qui font les prix. »

Les revendications

« Nous demandons que l'Union européenne reste très ferme sur ses importations de viande bovine. Nous demandons que l'Europe et la France lèvent le pied sur les contraintes qu'ils nous imposent. Nous pensons enfin qu'il faut chercher à atteindre l'autosuffisance en viande bovine au sein de l'Union européenne » résume Bruno Chaput.

 

 

Rencontre à la préfecture

Quelques kilos de viande bovine brésilienne ont ensuite été portés au préfet de département. Celui-ci a accepté de recevoir une délégation. A l'issue d'une demi-heure de discussions, Jean-Paul Thénot, Bruno Chaput, Cédric Monnier (secrétaire général JA), Patrice Danton (JA de Saint Amand), David Chaize et Pierre Blancher (Udsea section bovine) sont ressortis et ont dressé le compte-rendu de l'entrevue à leurs collègues : le préfet a écouté avec soin les revendications et arguments des éleveurs. Il s'y est montré sensible, et a indiqué qu'il ferait remonter cette demande au ministère.
Selon Jocelyn Kerleaux, directeur Udsea présent à l'entrevue, le préfet a indiqué qu'il informerait les principaux points de restauration scolaire et collective des enjeux liés à leurs achats de viande bovine.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole