Aller au contenu principal

Des cartes en main pour progresser

SYNDICAT BETTERAVIER DES LIMAGNES Nouveaux adhérents, augmentation des surfaces, contexte climatique plutôt porteur... La culture betteravière auvergnate met le cap sur le renouveau en 2017.

Régis Chaucheprat, au premier plan, aux côtés d’Eric Lainé, président de la CGB, de Pierre-Emmanuel Bois, directeur et de Julien Cautier, vice-président du SBL.

Salle comble, vendredi dernier, à Châtel-Guyon pour l’as-emblée générale du syndicat betteravier des Limagnes (SBL). En cette campagne 2017, le syndicat connaît un regain d’activité puisque trente-sept nouveaux adhérents ont rejoint le syndicat, ce qui porte à 440 le nombre total de planteurs et à 5.792 hectares, la surface consacrée à la betterave dans la région. Cet engouement ne doit rien au hasard, selon Régis Chaucheprat, président du SBL : « Il est le fruit d’une gouvernance cohérente et partagée. A l’heure, où les aléas climatiques se multiplient entraînant la baisse de la plupart des cours des productions végétales, nous constatons heureusement que c’est la betterave qui résiste le mieux ». Pour autant, cette capacité de résistance n’exonère pas de mener une réflexion sur de nouveaux outils de stabilisation des revenus : «sécuriser le prix, c’est sécuriser les approvisionnements », martèle le président.

 

Le progrès, comme « unique boussole »
En Auvergne, malgré des rendements 2016, très en retrait notamment par rapport à la moyenne nationale (76,5 t/ha à 16°), succédant à une année 2015 décevante (81 t/ha à 16°), la betterave a su conserver son intérêt. Pas question pour autant de s’endormir sur ses lauriers, le progrès au champ et à l’usine doivent être « notre seule et unique boussole ». Dans cette perspective, le SBL travaille en étroite collaboration avec le service betteravier de Bourdon dans un esprit de coopération. Au champ, cela se matérialise par des visites régulières de techniciens. En Limagne, les planteurs savent que l’eau est leur principal talon d’Achille avec des systèmes d’irrigation insuffisamment développés.

 

De l’eau et de la génétique

Pour améliorer et augmenter les capacités de stockage de l’eau, le syndicat est partenaire d’une étude de l’ADIRA (Association pour le développement de l’irrigation en Auvergne). L’idée est de disposer d’un état des lieux précis des réseaux d’irrigation, de recenser les besoins des agriculteurs et d’identifier et caractériser, sur le plan technique et économique, les solutions (retenues, réserves...) permettant de répondre aux enjeux. Le Conseil régional d’Auvergne-Rhône Alpes, rencontré l’an dernier par les responsables du syndicat, s’est montré ouvert quant à un potentiel soutien aux investissements. Reste à finaliser les engagements... Pour augmenter les rendements, les agriculteurs auvergnats attendent aussi beaucoup des nouvelles variétés et des techniques innovantes. « Les progrès en matière de génétiques ont été très importants ces dernières années. Malheureusement, en Limagne, les deux campagnes successives, médiocres sur le plan climatique, ne leur ont pas permis de s’exprimer pleinement », suggère Pierre Pelloux, directeur du SBL. Au titre de la génétique, les acteurs de la filière suivent de très près le programme Aker. Initié en 2012, ce programme de recherche génétique ambitionne de faire gagner des points de compétitivité à la filière française, dans un contexte européen marqué par la fin du régime des quotas, et mondial caractérisé par la concurrence récurrente de la canne à sucre. Sous l’égide de l’Institut technique betteravier (ITB), le phénotypage au champ des 3 000 génotypes en cours de sélection devrait intervenir d’ici l’an prochain.




Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole