Aller au contenu principal

Emploi
Découvrir l’agriculture et s’engager comme salarié

Alors que le chômage atteint des niveaux records, des demandeurs d’emploi se tournent vers les métiers de l’agriculture.

Le contexte économique ne facilite pas la recherche d’emploi lorsqu’on vit, par exemple, une période de reconversion professionnelle, de licenciement économique ou quand on recherche tout simplement son premier emploi. Sans juger de ces situations, la profession agricole, en recherche de main d’œuvre, a ouvert une dynamique de recrutement inédite dans le monde du travail : une formation découverte des métiers de l’agriculture et du paysage, Adema(1). Une seconde étape est franchie avec l’ouverture d’une formation collective régionale, la Poe(2) collective agent laitier.

 

Découvrir l’agriculture, comme un retour aux sources

«Dans le Puy-de-Dôme, suite à une dynamique nationale, l’idée d’Adema est mise en œuvre dès 2010, portée par la volonté professionnelle des employeurs et de la commission emploi de l’Udsea 63 d’attirer de nouveaux publics vers les métiers de l’agriculture et du paysage» présente Gérard Groisne, Président de la commission emploi de l’Udsea 63. «Le renouvellement de cette opération tient à l’implication de tous les partenaires sociaux et financiers avec notamment une participation de l’Europe» souligne Aurore Thouly du Fafsea(3) Auvergne. Douze stagiaires ont été sélectionnés avec l’appui du Pôle Emploi Auvergne et ont participé à la session du 4 mars au 3 avril 2013. La formation a été portée par la Maison Familiale de Gelles avec l’intervention de la MSA Auvergne et la coopération de maîtres de stage sur diverses productions. Entre plusieurs cours théoriques, les stagiaires ont pu visiter Gemaflor à Gerzat, la Ferme Randanne à Aurières et l’exploitation Fromagerie Conchon à Culhat. Les organisateurs de la formation reconnaissent de concert «l’humilité» avec laquelle les stagiaires ont accepté de faire le grand écart entre leur parcours professionnel d’origine - assistante dentaire, cariste, chauffeur-livreur, commerçant, informaticien, technicienne audio-visuel, travailleur social - et la découverte des postes d’agent maraîcher, d’agent laitier, d’ouvrier en plantes médicinales et aromatiques, de conducteur d’engins agricoles ou d’agent pépiniériste. Les expériences personnelles de ces candidats sont limitées, mais 1 mois de formation a permis d’affiner leurs projets professionnels, d’acquérir des compétences de base et marquent leur détermination à trouver un emploi.

Se former et s’engager à travailler dans un secteur qui recrute

Viviane Chomette, productrice de lait, Présidente d’Agri Emploi 63, groupement d’employeurs à vocation de complément de main-d’œuvre, administratrice au Service de Remplacement 63 et administratrice à l’Udsea 63, témoigne : «les exploitations laitières se positionnent comme principales demandeuses de salariés en Auvergne en raison d’une profonde mutation du secteur». Le FAFSEA confirme qu’il s’agit d’«un métier sous tension en terme de main d’œuvre». Les mêmes partenaires qu’ADEMA, au ni-veau régional, ont lancé une démarche avancée de recrutement d’agent laitier en les formant sur 3 mois avec un engagement d’emploi minimum d’un an en CDD ou en CDI en exploitation individuelle, en groupement ou au Service de remplacement. Sept stagiaires ont été sélectionnés avec le Pôle Emploi sur plus de 400 personnes potentiellement intéressées et contactées. La formation est portée par le Lycée Agro-Environnemental Privé du Breuil-sur-Couze et dure 3 mois. «Une formation qui met en valeur le salarié comme un poste stratégique sur les exploitations laitières» souligne Laurent Grimault, directeur du Lycée. «Savoir traire est de fait, au cœur des compétences qui seront acquises». L’Udsea 63, au nom de la Fnsea Auvergne, a représenté les employeurs auprès des stagiaires et a organisé des visites auprès du Service de Remplacement et de groupements d’employeurs pour montrer la diversité des systèmes de production laitière et le travail demandé aux salariés. Jean-Luc Chalet de Chaméane, avec Christine Collin salariée au Service de Remplacement 63, et le GAEC du Pré du Four à Javaugues (43), adhérent à un groupement d’employeurs agricole local, ont présenté des manières de fonctionner avec un salarié dès la traite du matin début mai. Les stagiaires bénéficient d’une formation très pratique avec de nombreuses visites de terrain en alternance (120 h sur 4 exploitations supports et 180 h entre zootechnie et CACES, certiphyto, santé et sécurité au travail… et un stage de 100 h en entreprise). La formation rend opérationnels les stagiaires à compter du 19 juillet 2013.

 

(1) Accès des Demandeurs d’Emploi aux Métiers de l’Agriculture et du paysage.

(2) Préparation Opérationnelle à l’Emploi.

(3) Fonds national d'Assurance Formation des Salariés des Exploitations et entreprises Agricoles.

En pratique

Vous êtes exploitant en quête de salariés ? Contactez l’UDSEA 63 pour connaître les profils des stagiaires engagés ou pour tout autre renseignement au 04.73.44.46.90.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole