Aller au contenu principal

Innovation
De la viande en barres pour GI’s

L’Institut technique agro-industriel des filières viandes basé à Clermont-Ferrand a mis au point un procédé de fabrication pour de la viande séchée qui va être exportée pour l’US Army.

Atlantique même si les palais américains ont encore quelques difficultés avec nos fromages aux effluves de terroir. Ce qu’on sait moins, c’est que les GI’s de l’oncle Sam vont aussi avoir droit aux honneurs de la cuisine française après que la Sodexo, un des leaders mondiaux de la restauration collective, a décroché un contrat de 766 millions de dollars pour fournir durant sept ans les mess de 20 bases de marines sur la côte ouest des États-Unis. Plus récemment, c’est une structure auvergnate, l’Adiv, qui vient d’être retenue par l’US Army pour son process innovant de séchage des viandes, baptisé OsmoFood, qui pourrait révolutionner le quotidien des GI’s. Un double cocorico et un satisfecit cantalien aussi puisque que le chargé d’études travaillant actuellement sur ce projet, Olivier Rispal, est cantalien...

L’aventure débute en 1997, avec les premières investigations de l’Adiv (l’Institut technique agro-industriel des filières viandes, basé à Clermont-Ferrand) pour le développement d’une technologie de séchage des viandes par osmose, une technique inédite permettant d’assurer au produit final une texture agréable en bouche et des qualités gustatives. Concrètement, la viande hachée (de bœuf, porc ou volaille, ou un mélange de viandes et aromates) est d’abord extrudée pour obtenir une bande de 45-50 cm de large sur quelques millimètres d’épaisseur, qui va être placée entre deux films à perméabilité contrôlée, lesquels ne laissent passer que de l’eau.

Le tout est placé dans une solution déshydratante qui va aspirer l’eau de la viande. «Un procédé de séchage assure la stabilité microbiologique du produit et confère à la viande une texture spécifique», explique le chef de projet. Après des premiers essais manuels, un prototype de machine est mis au point au début des années 2000 pour industrialiser le process de séchage en continu. Depuis 2005, l’Adiv communique sur sa technologie qui reçoit un accueil très favorable des responsables de production en France mais qui se heurte à la barrière des services marketing désemparés pour présenter et commercialiser un produit aussi innovant auprès du grand public sauf à investir des sommes colossales dans la communication.

 

Plébiscite des GI’s

C’est finalement le hasard des rencontres et l’entremise d’un consultant de l’Adiv présent lors d’un salon aux États-Unis, qui vont faire sortir OsmoFood de l’anonymat. Présenté sur un stand, le concept suscite la curiosité d’un responsable du service R&D de l’US Army, en quête ­d’alternative au Jerky, une viande séchée à basse température.

À la demande de l’armée américaine, l’équipe de l’Adiv met au point, en mai 2010, cinq recettes avec la garantie d’une stabilité microbiologique à température ambiante de cette viande en barres. Des recettes dont la composition ne sera pas dévoilée, secret défense oblige !

Suite à des résultats encourageants, une série de produits est fabriquée et testée par les GI’s sur leur lieu de combat en septembre dernier. Texture moins dure et goût moins salé que celui du Jerky séduisent les soldats qui plébiscitent à 95 % les nouveaux produits issus de la technologie made in Clermont-Ferrand.

«L’US Army a alors décidé d’investir dans une unité pilote intermédiaire dans une entreprise de transformation de viande en Géorgie afin de fabriquer des petites séries, de finaliser les recettes et de tester grandeur nature l’intérêt de ce produit», explique Olivier Rispal. Un premier projet auquel

l’Adiv participe avant de se voir confier la construction d’une machine industrielle et le transfert de compétence à ce partenaire industriel américain (le montant de la transaction est lui aussi tenu secret).

Cette ligne OsmoFood devrait être livrée en avril 2012 et sera en mesure de produire plusieurs dizaines de kilos par heure d’une bande de viande séchée en continu et susceptible d’être découpée et conditionnée sous différentes formes.

Un premier aboutissement pour cette technologie élaborée sur fonds propres par l’Adiv (l’aide de FranceAgriMer et Oseo), qui espère à terme une diffusion grand public.

 

Une mine de recherche

Réduire la teneur en sel des aliments carnés, le risque de cancer colorectal lié à leur consommation,... : autant de sujets appliqués sur lesquels planche l’Adiv.

À l’occasion du Sommet de l’élevage, l’Adiv a présenté quelques-uns de ses projets de recherches sur des sujets aussi variés que les qualités sanitaires, nutritionnelles et organoleptiques de la viande bovine, le développement de nouveaux produits de bœuf mariné adaptés au consommateur (Prosafebeef), la mise au point de procédés de fabrication de produits carnés salés crus ou cuits destinés à réduire la teneur en sel et sodium (ANR-Na), d’un système robotique multi-bras pour la séparation des muscles (ANR-projet ARMS), la définition de conduites de productions apportant des bénéfices en termes de sécurité des aliments carnés au regard du risque de cancer colorectal (Securiviande...). Ou encore le programme After, African food tradition revisited by research, destiné à améliorer les produits traditionnels africains (qualité sanitaire et nutritionnelle) grâce à de nouvelles approches technologiques.

L’Adiv apporte également son expertise technique au projet de Viande Premium visant à mieux valoriser la viande bovine de qualité supérieure issue des cheptels auvergnats.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole