Aller au contenu principal

Témoignages
De Kharkiv à Saint-Péray, un couple d’Ukrainiens sème les graines d’une nouvelle vie

Les premiers contrats saisonniers se mettent en place en France avec les réfugiés ukrainiens fuyant la guerre. Exemple en Ardèche où un couple a pu trouver du travail chez Benoît et Magali Nodin à Saint-Péray.

De gauche à droite : Nila et son mari Elnur, réfugiés ukrainiens, accueillis à Saint-Péray en Ardèche, accompagnés par Hugues Heurtel, salarié.

« Avant de prendre la décision de partir, j’ai pleuré pendant 48 heures. » Le 12 mars, Nila et son mari Elnur ont réussi à passer la frontière. Ce couple d’Ukrainiens originaire de Kharkiv a été confronté, comme beaucoup de leurs concitoyens, au dilemme de fuir ou de rester dans leur pays bombardé par les Russes. Grâce à l’aide de l’une de leurs com­patriotes, arrivée en France il y a sept ans, ils ont pu être accueillis et mis en sécurité. « Les communes de Saint-Pé­ray et de Cornas en Ardèche ont accueilli une cinquantaine de réfugiés ukrainiens. Les associations nous aident à récolter des dons », explique Anna Bouchardeau, amie d’enfance de Nila, qui aide à tra­duire ses propos. Il y a maintenant deux semaines que le couple a commencé à travailler chez Benoît et Magali Nodin, producteurs de fruits à Saint-Peray et propriétaires de 6 ha de vignes.

Nouvelle vie, nouveaux métiers

« Notre première idée était de partir en Es­pagne. Grâce à leur accueil, nous avons dé­cidé de rester », témoigne Nila. Souriante et soulagée, cette décoratrice d’intérieur de 36 ans, spécialisée dans la conception de rideaux, a troqué ses ciseaux pour le sécateur. En charge, en ce moment, de l’ébourgeonnage des plants de tomates, elle découvre un tout nouveau métier, dans une langue complètement étran­gère. Sous la responsabilité de Marina, salariée de l’exploitation, elle s’occupe des plants et du jardinage. «Le plus dur, c’est de faire passer des consignes sans employer des termes trop techniques. Je m’aide des logiciels de traduction et parle parfois en anglais avec elle. Notre intention était avant tout de venir en aide au peuple ukrainien. Nous savions qu’il y aurait du travail pendant la saison. Tout se passe très bien, du moment où l’envie et la motivation sont là », raconte Benoît Nodin, gérant de l’entreprise Le Fruitier. Pour Elnur, ancien conducteur de taxi, la barrière de la langue n’en est pas vrai­ment une. Grâce à sa maîtrise de l’azéri (langue parlée en Azerbaïdjan), du russe, du turc, de l’anglais, de l’ukrainien et du polonais, l’apprentissage du français se fait très vite. « Au bout de deux jours, il savait déjà dire « pioche ». En arrivant, il a monté les serres de fraises avec l’équipe arboriculture. Cette semaine, il devrait pouvoir attaquer l’éclaircissage des pê­chers et, dans quelques jours, la cueil­lette des cerises », ajoute le président de l’AOC Saint-Péray. Avec un contrat de 35 heures, Elnur découvre un nouveau métier, tout comme sa femme qui se perfectionne en suivant des cours de français quatre fois par semaine.

Un bonheur au goût amer

Les deux réfugiés ont pu être embauchés comme n’importe quel autre travailleur français ou européen. Bénéficiant d’une autorisation temporaire de séjour «pro­tection temporaire » (APS-PT) délivrée par le ministère de l’Intérieur, celle-ci facilite le recrutement des salariés ukrainiens. « J’ai pu réaliser un contrat tout à fait ordinaire sur une base de ré­munération habituelle. Nila et Elnur ont simplement dû justifier de leur identité et de leur hébergement en France pour ob­tenir leur titre de séjour. En une semaine, ils ont obtenu leurs papiers et, quelques jours plus tard, ont commencé à travailler. Pour obtenir un contrat OFII (contrat spé­cifique aux travailleurs saisonniers étran­gers), la procédure est plus longue et les contraintes plus strictes, y compris pour les employeurs », précise Benoît Nodin. S’il a retrouvé une vie loin du chaos et des bombardements, le couple ukrainien est confronté à une sorte d’ambivalence de sentiments. « Une partie de moi est heureuse mais une autre a la tête en Ukraine. Notre peuple consacre toute sa vie à sa maison. Nous ne partons pas en voyage. Ce qui importe pour nous, c’est l’amour, pas les cartes postales ! C’est très difficile, voire impossible, de partir pour certains », témoigne-t-elle. Com­ment imaginer la suite ? « La guerre a montré qu’il n’y a pas de futur en Ukraine. Elle a tout détruit. Nous avons une telle proximité avec les Russes que même si la guerre s’arrête, nous aurons toujours la peur qu’elle recommence », reprend Nila, malgré l’espoir d’un cessez-le-feu. Elle vit pour l’heure au jour le jour, n’arrêtant pas de penser à ses parents qui, eux, n’ont pas quitté l’Ukraine. Solidarité et inquiétude restent entières. « Même si Vladimir Poutine devait nous promettre la paix, nous savons très bien que ces pro­messes ne tiendront pas ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les bâtiments agricoles ont été la cible de grêlons de la taille parfois supérieure à une balle de tennis. De nombreux dégâts sont à déplorer également sur les cultures et l'herbe.
Grêle et orages : les épisodes de trop !
Le Puy-de-Dôme a été touché le week-end de la Pentecôte par de violents orages qui ont détruit des cultures et endommagé…
Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».
Grêle : et après ?
Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce…
En l'espace de 24 heures, deux vaches de Patrick Boyer ont été dépecées par les vautours dont une où la mort de l'animal n'est pas certaine avant l'intervention des charognards.
Les vautours réapparaissent près d’Égliseneuve-d'Entraigues
Les vautours fauves ont refait leur apparition dans le Puy-de-Dôme près d'Égliseneuve d'Entraigues où Patrick Boyer, éleveur de…
Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.
Les marchés forestiers à des niveaux historiques
La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au…
Droit à l’essai : un an de dialogue pour s’associer sur de bonnes bases
Très investies dans la structure Gaec et Sociétés, Brigitte Troucellier, agricultrice dans le Cantal et Maryse Font, agricultrice…
La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles
Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole