Aller au contenu principal

David Chauve, président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme

Au-delà de la perte de moyens financiers, c'est avant tout un très mauvais signe adressé par le gouvernement à la ruralité. L'état prétendait en effet redonner du pouvoir d'achat aux agriculteurs en diminuant la TA-TFNB. De qui se moque- t-on quand on sait que ça ne représente que 1€/Ha en propriété !

La baisse de 15% représente environ 450 000€ au niveau de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme. La collecte de l'impôt au niveau régional avec un retour au département limité à 70% portait à 1 million d'€ le coût de rabot budgétaire de l'état sur le budget des Chambres d'agriculture.

Cette décision était totalement incohérente. Car comment peut-on supprimer des moyens d'accompagnement auprès des agriculteurs au moment où tout le monde veut remettre en cause le modèle et les pratiques agricoles !

Il y a de quoi se poser de vraies questions quant à ce que sera l'agriculture demain si l'on continue à assister à l'abandon croissant auquel est confronté le secteur agricole. À travers ces décisions de coupe budgétaire c'est d'abord la garantie de l'affaiblissement de l'échelon départemental et la perte des services de proximité. Cela est vécu comme une agression de l'échelon départemental, avec sous entendue, l'idée qu'en asphyxiant les départements, on précipite une régionalisation à un moment où la loi Essoc de simplification administrative prévoit d'élargir le périmètre des missions des Chambres d'agriculture et de leur fixer un contrat d'objectifs sur six ans.

Les agriculteurs sont très éloignés de ces sujets actuellement, mais le subiront de plein fouet avec moins de services à leur disposition ou à des coûts bien supérieurs à ceux pratiqués aujourd'hui.

C'est pour toutes ces raisons que l'ensemble des responsables sont montés fortement au créneau ces derniers mois, auprès du ministre mais aussi des députés et sénateurs, au point de créer des turbulences au sein de la majorité et pousser le gouvernement à retirer les propositions faites dans le projet de loi de finances 2020 concernant la réduction des moyens alloués aux chambres d'agriculture.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole