Aller au contenu principal

LAIT
« Croire en l'application du coût de revient dans le prix »

L’assemblée générale de la FDPL du Puy-de-Dôme s’est tenue mercredi 27 janvier 2021, au Gaec de Mérilhat à Manzat. L’occasion de tenir des élections et de balayer les sujets laitiers.

AG FDPL

Conditions sanitaires obligent, les éleveurs laitiers étaient conviés non pas en salle mais sur une exploitation, pour tenir leur assemblée générale annuelle. Une assemblée élective, introduite par David Chauve, président de la FDPL du Puy-de-Dôme : " Cette assemblée est élective, et je souhaite en profiter pour passer la main, non pas parce que je ne veux plus suivre le lait mais parce qu’une nouvelle équipe doit se constituer ! ". Il a déploré les difficultés pour se réunir ces derniers mois " et un isolement qui doit se rompre ". En retraçant son mandat, il rappelle l’importance de l’échelon régional dans les discussions ainsi que le rôle des OP.
La liste candidate du Conseil d’administration a été votée à l’unanimité. Un prochain conseil d’administration électif se tiendra pour l’élection du bureau et du président ou de la présidente.

Une crise 2020 mais des amortisseurs

2020 a été une année particulière et marquante à bien des égards.
Lors du premier confinement, les impacts du Covid ont été forts, mais très différents selon les outils de transformation. " Notre région Auvergne Rhône-Alpes a été très largement touchée, sur les fromages traditionnels et AOP, les fermetures des commerces de bouche, des rayons à la coupe " rappelle Stéphane Joandel, responsable de la section laitière régionale à la FRSEA. Des travaux menés à tous les échelons ont permis d’apporter quelques solutions. L’aide du Cniel, " un fonds constitué par la profession " a permis de lisser le pic de production annuel en encourageant les producteurs à baisser leur production. Ce sont 15 millions d’euros qui ont permis de compenser les pertes générées chez les agriculteurs. Et pour notre région, ce sont 3 183 exploitations qui ont bénéficié de 1,5 million d’euros.
D’autres démarches ont été engagées pour permettre l’écoulement des produits en vente directe (réouverture des marchés, création d’un Drive fermier, …). Les achats des ménages se sont réorientés, avec une importance accrue du commerce de détail. " Cette crise nous aura appris que finalement la restauration hors domicile était intéressante et même rémunératrice pour nos transformateurs, contrairement aux échos qu’ils avaient pu laisser entendre auparavant ", rappelle Stéphane Joandel. " Elle nous aura également appris que la filière était fragile et que les opérateurs ont eu tendance à crier avant d’avoir mal " ajoute David Chauve.

Des amortisseurs grâce aux EGA

Les hausses consenties à travers le prix,  au travers du mécanisme des EGA a permis de contenir la hausse des prix constatée sur le marché international. Il n’y a pas eu l’effet domino constaté habituellement !
La FNPL a réalisé des calculs pour déduire l’effet EGA sur le prix du lait. En 2019, ce sont 9,87 € / 1000 l qui sont revenus aux exploitants, en 2020, ce sont environ 1.90 € / 1 000 litres de lait qui ont été ré-appliqués sur le prix, ce qui a constitué un amortisseur pour le prix du lait payé en ferme. " Mais le compte n’y est pas ! C’est un combat de tous les jours, et il est terrible de ne pas croire à l’application du coût de revient dans le calcul des prix ", martèle Stéphane Joandel. En effet, la profession s’est dotée d’indicateurs fiables et robustes, basés sur des comptabilités, et leur utilisation concrète dans la détermination du prix du lait doit mener à une revalorisation significative du prix du lait. Des rencontres sont menées  actuellement avec les coopératives ; quant aux laiteries privées " c’est aux présidents d’OP de s’appuyer sur le syndicalisme " encourage Stéphane Joandel.

Coopal : des solutions trouvées grâce aux appuis syndicaux

" Sans appui syndical, il n’y aurait pas eu cette évolution au sein de Coopal ", rappelle David Chauve en retraçant le chemin parcouru (contractualisation tripartite, recours au médiateur, engagement sur des volumes,…).
A travers ce projet de valorisation, les membres présents à l’assemblée ont également échangé sur la valorisation du lait de montagne et sur le projet France Carbone Agri, qui permet la vente de carbone par les exploitants agricoles. 16 agriculteurs puydomois ont répondu à l’appel à projets en décembre 2020. " Si, à travers ce mécanisme, nous pouvons ramener un 13ème mois ou un 14 ème mois aux agriculteurs, allons-y ! ", conclut Stéphane Joandel.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole