Aller au contenu principal

CRISE CEREALIERE 2016 : NOUS ATTENDONS DES DECISIONS ET NON DES MESURETTES

Le Président de l'AGPB, Philippe Pinta revient en vidéo sur la moisson catastrophique de 2016 et ses conséquences économiques et humaines. La situation réclame des mesures d'urgence. Nous sommes en septembre et on ne voit rien venir. Nous attendons des décisions et non des mesurettes. s'est il exprimé. Retrouvez ci dessous l'interview video et la retranscription de ses propos.

Crise céréalière

 

UNE CRISE SANS PRECEDENT

Les céréaliers connaissent l'une des pires crises depuis la fin de la guerre avec de faibles volumes (-30% à -50%), une qualité qui n'est pas au rendez vous (PS faibles) et des prix déprimés (-100EUR/T perdus sur 3 campagnes). Les pertes des céréaliers sont très importantes et atteignent 500 EUR/ha en moyenne selon les régions, que ni les acomptes des organismes collecteurs, ni les avances de trésorerie PAC promises en octobre 2016 ne pourront compenser.

Impossible aujourd'hui de se verser le moindre revenu, nous sommes confrontés à des situations économiques extrêmement difficiles et des drames humains jamais vus. Toutes les estimations à ce jour concourent à dire aujourd'hui que ¾ des céréaliers ne pourront pas vivre de leur métier (pas de revenus) et ça fait 3 ans que cela dure (40% en 2013, 2014, 2015). Maintenant, nous avons besoin de relancer les cultures pour 2017.

UN PLAN D'URGENCE EN ATTENTE DE DECISIONS

Et pourtant, nous sommes déjà en septembre et on ne voit rien venir : nous attendons des décisions et non des mesurettes, Monsieur le Ministre. Devant l'urgence de la situation, j'ai proposé le 26 juillet dernier à Stéphane Le Foll, un PLAN D'URGENCE, pour permettre aux producteurs de sortir la tête de l'eau et redémarrer la campagne. L'AGPB de concert avec la FNSEA travaille depuis l'été avec le gouvernement sur des mesures immédiates mais force est de constater que cela n'avance pas. Ça ne peut plus durer.

Je le dis et le répète, nous n'avons pas besoin d'une énième analyse de la situation mais simplement de décisions politiques au niveau français et européen. Vu l'ampleur de la crise, la France doit obtenir de Bruxelles une aide exceptionnelle pour ses céréaliers. C'est urgent, et vital pour le monde agricole et l'économie de notre pays.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole