Aller au contenu principal

Innovation
Coup de pouce pour la production d’insectes

Dans le cadre de l’appel à projet " Résilience " intégré dans le vaste plan de relance du gouvernement, l’entreprise INVERS à Saint-Ignat, obtient une aide à l’investissement de 660 000 €.  

Sébastien Crespieux, président d'INVERS, expliquant l'élevage de vers de farine au Préfet Philippe Chopin (à gauche), Armand Sanséau, directeur de la DDT et Frédéric Bonnichon, conseiller régional d'Auvergne Rhône-Alpes

Spécialisée dans la production de protéines d’insectes, la société INVERS est une des lauréates de l’appel à projet " résilience " lancé par le gouvernement, destiné à dynamiser et développer la production dans le secteur industriel. Le 12 mai dernier, deux des six associés de cette jeune entreprise accueillaient le préfet Philippe Chopin afin de lui présenter le cœur de son futur projet : la construction d’un bâtiment dédié à la production de micro-larves de tenebrio meunier, plus connu sous le nom de ver de farine. L’investissement d’1,8 million d’euros pour ce futur bâtiment sera ainsi soutenu par le plan de relance à hauteur de 660 000 euros.

La filière prend forme

Un bon coup de pouce pour les dirigeants d’INVERS, qui 5 ans après avoir imaginé la création de cette filière régionale innovante et durable, vont pouvoir franchir une étape supplémentaire dans le développement de la protéine d’insectes. " Notre objectif est de réussir à concilier les attentes de la société en termes de durabilité, la recherche de voies de diversification pour les agriculteurs de Limagne et l’assurance qu’ils puissent vivre de leur métier " explique Sébastien Crespieux, président d’INVERS.
Le futur bâtiment sera spécialisé dans l’éclosion de la ponte et l’élevage de jeunes larves. Poussées à 3-4 semaines elles seront ensuite vendues aux agriculteurs partenaires qui les élèveront dans un bâtiment dédié, jusqu’à 10-12 semaines avant d’être rachetées par INVERS pour être valorisées en croquette pour chiens et chats ou en vers déshydratés. " Notre projet est de déployer des installations de production directement sur les exploitations agricoles. Notre modèle est basé sur la construction de 20 à 30 bâtiments d’élevage dans des fermes partenaires ", précise le président. A ce jour, un premier bâtiment d’élevage est en service chez un agriculteur, trois autres sortiront de terre d’ici au 1er trimestre 2022. La filière se construit donc pas à pas. Les différentes gammes d’aliments à base de protéine d’insectes pour chiens, chats et oiseaux sont aujourd’hui bien installées dans les commerces et jardineries et un premier aliment pour poissons d’élevage est sur le point d’être commercialisé. " Nous sommes également en phase de recherche et développement sur l’élaboration d’une gamme d’aliments destinée à la pisciculture et l’aviculture. Nous travaillons pour cela en étroite collaboration avec Axéréal élevage et les Volailles fermières d’Auvergne", confie Sébastien Crespieux. Le Préfet a salué "ce beau projet" qui, demain, devrait créer 6 à 7 emplois supplementaires à Saint-Ignat et  permettre d'"accompagner des agriculteurs dans le développement d'une production de diversification sur leurs exploitations" . Il a par ailleurs retenu le satisfecit emporté par l'appel à projet "résilience" :  "pour une fois que l'administartion est félicitée sur la facilité et la rapidité de ses dossiers !"  a-t-il conclu.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole