Aller au contenu principal

Copagno veut voir plus haut

L’assemblée générale de la coopérative ovine Copagno s’est déroulée en début de semaine au Theil dans l’Allier.

Et si la filière ovine avait tourné la page des vaches maigres. Les résultats économiques de ces dernières années corroborent en tout cas cette hypothèse. Il faut dire que le secteur était à la peine depuis plusieurs décennies. Longtemps parent pauvre de l’agriculture, la production ovine bénéficie aujourd’hui d’un contexte porteur avec des cours de marché qui se stabilisent à de bons niveaux et une politique agricole commune relativement favorable. Acteur majeur de la production en Auvergne et dans ses pourtours, la coopérative Copagno(1) a décidé d’investir et de soutenir le développement de cette filière prometteuse.

Un service «développement» a vu le jour au sein de la coopérative fin 2014. Le but est de redynamiser la prospection de nouveaux porteurs de projets, sur le terrain, et de communiquer davantage auprès du public sur les atouts d’un atelier ovin. Des recherches de candidats pour la reprise d’exploitations ovines contrecarrant le fort taux de départ à la retraite dans les années à venir, est aussi un objectif de ce service. « Du pôle technique, au pôle commercial en passant par le service administratif et l’approvisionnement, l’ensemble de l’équipe Copagno s’engage à accompagner et à appuyer les nouveaux projets ovins, en complément de ses missions actuelles », résume Paul Bony, président de Copagno. Le chantier de l’appui technique reste aussi une priorité pour la coopérative.

 

Le défi de la productivité

« Les nouveaux montants de l’aide ovine et le lien à la professionnalisation de nos élevages, nous incitent à mieux raisonner notre production, et à la rendre plus efficace (diminution de la mortalité, renouvellement plus rapide de nos reproducteurs, alimentation des cheptels plus efficace…). Nous savons bien, malgré les différences d’approche technique liée à la diversité de nos exploitations, ce qui contribue le plus à l’amélioration de notre revenu : c’est en premier lieu le nombre de kilos de viande ovine que nous sommes capables de mettre en marché avec le minimum d’intrants », explique le président. Si des marges de manœuvre existent, un accompagnement est nécessaire pour les faire émerger. C’est pour partie ce qui a motivé le choix de Copagno de maintenir une équipe technique efficace, tout en se désengageant du processus des aides FranceAgrimer en région. « Nous ne pouvions plus accepter de voir nos techniciens consacrer un temps toujours plus long à l’élaboration des dossiers administratifs, qui les éloignait de nos bergeries et ne nous garantissait plus un montant de subventions pérenne et suffisant », souligne Paul Bony.

Ce choix a impliqué une contractualisation directe entre la coop et l’éleveur pour le maintien d’un service jugé « indispensable ».

 

(1) Copagno adhère au regroupement de coopératives Feder qui comprend Global (éleveurs bio en Bourgogne), Socaviac, Limousin Charolais Acor, Terre d’ovin, Axéréal et Dijon Céréales.

En chiffres

Copagno compte 318 adhérents principalement installés dans l’Allier, le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire, le Cantal, mais aussi du côté de la Loire, du Cher et de la Creuse. En 2014, la coopérative disposait de 91 107 brebis. Depuis cinq ans, les résultats de Copagno sont positifs. Accompagnée par ses partenaires de l’aval, la coopérative souhaite toujours développer des produits sous signes de qualité (label rouge pays d’Oc, label rouge Tendragneau, CCP origine et qualité Carrefour, agneaux bio…), gage de meilleure rémunération.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole