Aller au contenu principal

Adaptation
Construire des bâtiments plus résilients face aux aléas climatiques

Face aux aléas climatiques, des solutions existent pour optimiser l'isolation thermique et la résistance des toitures des bâtiments d'élevage.  

Le bardage amovible peut prendre différentes formes. Ici, il a été bricolé par l'éleveur pour en réduire les coûts.

Les événements climatiques s'intensifient depuis quelques années maintenant et deviennent de plus en plus réguliers. Face aux orages de grêles dévastateurs et aux canicules suffocantes, des solutions existent pour adapter les bâtiments d'élevage.

Les panneaux sandwich plus résistants contre la grêle

En juin dernier, les départements du Puy-de-Dôme et de l'Allier ont été confrontés à un orage de grêle sans précédent. Les toitures en portent encore aujourd'hui les stigmates laissant démunis les éleveurs à l'heure de rentrer les animaux. Malheureusement, ce genre d'orage est appelé à se répéter sous l'effet du changement climatique, alors comment s'en prémunir ? Pour Éliane Gardon, conseillère bâtiment à l'EDE 63, il n'y a guère le choix : le panneau sandwich. Ce matériau, composé de deux couches d'acier entre une couche de mousse polyuréthane, présente plusieurs avantages. "Contrairement à la tôle acier simple, la couche d'isolant rajoute de la rigidité et surtout évite la condensation à l'intérieur de la stabulation en réduisant la convection." Résistant à la grêle, le panneau sandwich permet également d'isoler le bâtiment contre le froid et la chaleur. La hausse globale des coûts "+20% en moyenne sur les devis" en font malheureusement un matériau à l'investissement moins engageant. "Jusqu'en 2017, le panneau sandwich posé avait seulement 11€/mètre linéaire de différence avec le panneau en fibro. Actuellement, il faut compter plus de 20€/mètre linéaire" précise Éliane Gardon. La conseillère bâtiment recommande aux éleveurs n'ayant pas les moyens financiers de "poser dans un premier temps des tôles acier sous lesquelles on pourra toujours rajouter un isolant ultérieurement" avant d'ajouter "si votre bâtiment est bien ventilé, la condensation devrait être minime".

La ventilation, meilleure alliée contre la chaleur

C'est bien connu : "les vaches pâtissent davantage de la chaleur que du froid". Dans les années à venir, les épisodes caniculaires vont s'intensifier et se répéter. Il devient donc urgent, selon Éliane Gardon, de se saisir de cette problématique dans les constructions actuelles et encore une fois, tout repose sur la ventilation. "Si aucun air ne rentre ni ne sort naturellement du bâtiment, il ne sert à rien d'investir dans des ventilateurs (coût entre 40 et 80 €/vache) ou des brumisateurs ! Ces équipements seront efficaces uniquement si l'air circule sans quoi l'effet "courant d'air" rafraîchissant n'aura pas lieu. C'est même pire avec les brumisateurs ou les douches car l'humidité va stagner en l'absence d'air." La ventilation est la meilleure protection contre les fortes chaleurs et selon la conseillère bâtiment, le plus efficace reste le bardage amovible que l'éleveur peut ouvrir ou fermer en fonction. "Certains éleveurs ont bricolé des bardages s'ouvrant face aux logettes. C'est une très bonne idée à condition qu’ils ne soient ni au sud ni à l’ouest."
Éliane Gardon recommande également de revoir le positionnement des panneaux translucides sur les parties nord et est du bâtiment. Elle invite également à replanter des haies à six, sept mètres de la stabulation sur les façades sud et ouest. "Les arbres apporteront de l'ombre. Certaines essences, comme le frêne, poussent très vite." Elle invite les éleveurs à laisser des bandes enherbées entre le bâtiment et le chemin. "Elles restitueront moins de chaleur que de la caillasse qui est restée en plein soleil."

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole