Aller au contenu principal

Producteurs de lait
Conserver l’esprit d’entreprise face à la crise

Réuni le 3 novembre, le Conseil d’administration de la Fdpl a fait un tour d’actualité pour que chaque exploitation prenne les décisions les plus adaptées en cette fin de campagne laitière.

Gérer l'urgence et l'avenir : un pari audacieux auquel la FDPL s'attache de gagner au mieux

Engagée. Responsable. Déterminée. La Fdpl ne cesse de clamer que la situation conjoncturelle laitière est très délicate. Même en ces temps difficiles, les producteurs ont des décisions à prendre pour leur avenir. La Fdpl veut les accompagner au mieux avec les moyens limités à disposition.

L'urgence, c'est maintenant !

« Il faut sortir de l'ornière les exploitations les plus en danger » argue Pascal Servier, Président de la Fdpl, en commentant les mesures annoncées pour la filière laitière. Se sont succédés : deux plans de 30 millions (3 juin et 15 sept), un plan de 250 millions (21 sept), le plan Sarkozy de 1,65 milliard (27 oct) et une enveloppe à confirmer de 280 millions d'euros par le Conseil européen de l'agriculture (20 oct), dont 50 millions pour la France. « Il faut que les prix se relèvent, les aides d'urgence sont insuffisantes ! » alertent Aurélien Fayard et Jean-Marc Dailloux, délégués Fdpl dans le Livradois. Ce sont principalement des mesures liées à des prêts bancaires qui risquent de décaler les problèmes dans le temps sans les résoudre, c'est « mettre la poussière sous le tapis » en quelque sorte. Selon Pascal Servier, « les agriculteurs émargeront à ces soutiens mais ils espèrent surtout obtenir des mesures concrètes pour affronter l'avenir de manière plus sereine. Cela passe par des marchés régulés pour assurer un prix du lait rémunérateur». Le conseil d'administration est vigilant quant à l'accès à ces aides.
La Fdpl participe aussi aux groupes régionaux mis en place avec la Préfecture depuis cet été. « Ces groupes doivent être plus offensifs pour aboutir à des solutions concrètes ».

Des signes positifs à confirmer

Comme l'indiquent les cotations du beurre et de la poudre mi-octobre 2009 ou le lait spot, les marchés semblent se redresser. Une amélioration qui, sans régulation, reste fragile.
Concernant la production laitière du Puy-de-Dôme, on constate de janvier à août 2009 une faible sous-réalisation de -1 %. Ainsi, malgré un contexte encore obscur, la Fdpl estime que la politique laitière mise en place avec le Projet Agricole Départemental, l'installation et les plans de développement, réussit à répondre progressivement à ses objectifs. Au-delà, le combat sur les prix reste une priorité.
La signature du décret d'application de la CVO pour les laits AOP a été annoncée au Sommet de l'élevage. La FDPL suit de près les modalités pratiques de versement. « C'est un renfort direct des exploitations par le marché. Avec une part conséquente consacrée à la promotion des produits, elle doit évoluer pour un meilleure rémunération » précise le président.

Gérer les attributions de quotas supplémentaires au plus près des besoins

Une mesure « petits producteurs» est annoncée. Il serait attribué 10.000 litres de quota supplémentaire aux demandeurs dont la référence individuelle est inférieure à 140.000 litres. Par contre, il se confirme qu'aucune allocation provisoire ne sera attribuée en fin de campagne (lire édito). La correction matière grasse du quota étant moitié moindre pénalisée, des volumes sont dégagées, non négligeables pour certaines exploitations. Avec une réserve départementale limitée, la CDOA du 12 novembre décidera des attributions. La Fdpl a d'ores et déjà réuni un Comité Interprofessionnel Laitier le 3 no-vembre pour définir des priorités d'attributions.

 

Lire également éditorial de Pascal Servier : "Le Puy-de-Dôme paye cash l’absence de prêt de quota" en page 4 de l'Auvergne Agricole du 12 novembre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole