Aller au contenu principal

Chambre régionale d’agriculture
Comment produire plus dans des conditions écologiques ?

L’agriculture et la forêt vont contribuer à la production de nouvelles énergies. Tout comme, il y a cinquante ans, avec le défi alimentaire, il en va de la survie

Pour Henry-Hervé Bichat, le défi énergétique va nécessiter des efforts en matière de recherche et d’innovation considérables.
«I l y a dix ans, nous n’aurions pas eu un tel débat». La réflexion de Jean-Pierre Olagnol, agriculteur à Ally, en Haute-Loire est sans appel. Effectivement, il y a dix ans, aurait-on imaginé qu’un jour le thème des énergies renouvelables puisse faire l’objet d’une session de chambre régionale d’agriculture? Pourtant, il y a dix ans, l’urgence écologique était déjà bien présente… Preuve que les temps changent. Comme bon nombre de leurs concitoyens, les agriculteurs ont pris la mesure du défi à relever, pas forcément pour eux, mais pour les générations futures. «Nous sommes face à des problèmes difficiles et nouveaux qui posent la question de l’équilibre de la population mondiale par rapport aux ressources naturelles», a expliqué l’ingénieur du génie rural Henry-Hervé Bichat.
Au rythme actuel de consommation, d’ici 40 à 50 ans, les ressources en pétrole pourraient se tarir, d’ici 60 à 70 ans ce serait au tour du gaz, puis à l’horizon d’un siècle celle de l’uranium. Devenant rares, les énergies fossiles voient leur prix flamber. Leur utilisation engendre des problèmes de pollution sans précédent, qui font s’emballer l’effet de serre.

« Doubler la production de biomasse »
Quand l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) lance le slogan « faisons vite ça chauffe ! », ce n’est pas pour le simple plaisir de communiquer, mais bien parce qu’il y a urgence. Si chacun peut contribuer à son humble niveau à faire un geste, les agriculteurs eux semblent être aux premières loges, dans la mesure où, d’une part, ils peuvent veiller eux aussi aux économies, mais aussi parce qu’ils sont en mesure de générer de nouvelles ressources d’énergie.
« Il faut arriver d’ici cinquante ans, à doubler la production de biomasse pour satisfaire les besoins alimentaires et énergétiques. L’agriculture et la sylviculture productives, sobres et diversifiées sont probablement, avec les économies d’énergie, les premiers, les moins chers, et les plus efficients des remparts contre le changement climatique et son risque d’emballement », a souligné Henry-Hervé Bichat. Le défi tient selon lui en une formule : «produire intensivement dans des conditions écologiques ». Le développement des biotechnologies est, pour l’ingénieur, le préalable indispensable (voir ci-dessous).
En attendant les plantes moins gourmandes en eau et les semences aptes à se développer sans insecticides, ici et là, des initiatives se développent. « Travailler en CUMA c’est déjà contribuer aux économies d’énergie », a estimé Jean-Pierre Olagnol.


Rappeler des choses simples
Des référentiels en terme d’économie d’énergie sur les exploitations sont en cours d’élaboration. Le département de l’Allier, à travers la FDCuma, expérimente l’utilisation de l’huile végétale pure, avec cinq chaudières. Le Puy-de-Dôme a mené des initiatives dans le domaine du bois énergie, et la Haute-Loire dans le domaine laitier (récupération de chaleur dans les laiteries). Toutes ses expériences ne doivent pas faire oublier que les économies d’énergie, ce sont parfois des gestes simples (orientation des toitures des bâtiments plein sud…), car comme l’a précisé Jean-Pierre Olagnol, « il ne faut pas non plus que les économies d’énergie fassent exploser les investissements». Tout est une question de mesure…

Ils ont dit...

- Henry-Hervé Bichat : D’après l’ingénieur général honoraire du génie rural des eaux et des forêts et président d’Europol’Agro : «Monsieur José Bové doit être véritablement considéré comme un criminel. Il porte une immense responsabilité quant à l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants. C’est le grand-père qui parle. Quel avenir pour notre descendance qui mangera des produits sous licence chinoise ? Car tous les labos de biotechnologies s’en vont, en Chine mais aussi en Inde ou aux Etats Unis, et pas seulement ceux travaillant sur les plantes modifiées ».

- Jean-Luc Guitton
: Pour le directeur du CRPF (Centre régional de la propriété forestière d’Auvergne) : « 45 % des ménages se chauffent au bois en Auvergne. C’est deux fois plus qu’au niveau national».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Une ration facile et rapide.
Comment choisir sa mélangeuse ?
L'outil entre de plus en plus dans les fermes mais attention à bien réfléchir car l'investissement reste important.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole