Aller au contenu principal

Chambre régionale d’agriculture
Comment produire plus dans des conditions écologiques ?

L’agriculture et la forêt vont contribuer à la production de nouvelles énergies. Tout comme, il y a cinquante ans, avec le défi alimentaire, il en va de la survie

Pour Henry-Hervé Bichat, le défi énergétique va nécessiter des efforts en matière de recherche et d’innovation considérables.
«I l y a dix ans, nous n’aurions pas eu un tel débat». La réflexion de Jean-Pierre Olagnol, agriculteur à Ally, en Haute-Loire est sans appel. Effectivement, il y a dix ans, aurait-on imaginé qu’un jour le thème des énergies renouvelables puisse faire l’objet d’une session de chambre régionale d’agriculture? Pourtant, il y a dix ans, l’urgence écologique était déjà bien présente… Preuve que les temps changent. Comme bon nombre de leurs concitoyens, les agriculteurs ont pris la mesure du défi à relever, pas forcément pour eux, mais pour les générations futures. «Nous sommes face à des problèmes difficiles et nouveaux qui posent la question de l’équilibre de la population mondiale par rapport aux ressources naturelles», a expliqué l’ingénieur du génie rural Henry-Hervé Bichat.
Au rythme actuel de consommation, d’ici 40 à 50 ans, les ressources en pétrole pourraient se tarir, d’ici 60 à 70 ans ce serait au tour du gaz, puis à l’horizon d’un siècle celle de l’uranium. Devenant rares, les énergies fossiles voient leur prix flamber. Leur utilisation engendre des problèmes de pollution sans précédent, qui font s’emballer l’effet de serre.

« Doubler la production de biomasse »
Quand l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) lance le slogan « faisons vite ça chauffe ! », ce n’est pas pour le simple plaisir de communiquer, mais bien parce qu’il y a urgence. Si chacun peut contribuer à son humble niveau à faire un geste, les agriculteurs eux semblent être aux premières loges, dans la mesure où, d’une part, ils peuvent veiller eux aussi aux économies, mais aussi parce qu’ils sont en mesure de générer de nouvelles ressources d’énergie.
« Il faut arriver d’ici cinquante ans, à doubler la production de biomasse pour satisfaire les besoins alimentaires et énergétiques. L’agriculture et la sylviculture productives, sobres et diversifiées sont probablement, avec les économies d’énergie, les premiers, les moins chers, et les plus efficients des remparts contre le changement climatique et son risque d’emballement », a souligné Henry-Hervé Bichat. Le défi tient selon lui en une formule : «produire intensivement dans des conditions écologiques ». Le développement des biotechnologies est, pour l’ingénieur, le préalable indispensable (voir ci-dessous).
En attendant les plantes moins gourmandes en eau et les semences aptes à se développer sans insecticides, ici et là, des initiatives se développent. « Travailler en CUMA c’est déjà contribuer aux économies d’énergie », a estimé Jean-Pierre Olagnol.


Rappeler des choses simples
Des référentiels en terme d’économie d’énergie sur les exploitations sont en cours d’élaboration. Le département de l’Allier, à travers la FDCuma, expérimente l’utilisation de l’huile végétale pure, avec cinq chaudières. Le Puy-de-Dôme a mené des initiatives dans le domaine du bois énergie, et la Haute-Loire dans le domaine laitier (récupération de chaleur dans les laiteries). Toutes ses expériences ne doivent pas faire oublier que les économies d’énergie, ce sont parfois des gestes simples (orientation des toitures des bâtiments plein sud…), car comme l’a précisé Jean-Pierre Olagnol, « il ne faut pas non plus que les économies d’énergie fassent exploser les investissements». Tout est une question de mesure…

Ils ont dit...

- Henry-Hervé Bichat : D’après l’ingénieur général honoraire du génie rural des eaux et des forêts et président d’Europol’Agro : «Monsieur José Bové doit être véritablement considéré comme un criminel. Il porte une immense responsabilité quant à l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants. C’est le grand-père qui parle. Quel avenir pour notre descendance qui mangera des produits sous licence chinoise ? Car tous les labos de biotechnologies s’en vont, en Chine mais aussi en Inde ou aux Etats Unis, et pas seulement ceux travaillant sur les plantes modifiées ».

- Jean-Luc Guitton
: Pour le directeur du CRPF (Centre régional de la propriété forestière d’Auvergne) : « 45 % des ménages se chauffent au bois en Auvergne. C’est deux fois plus qu’au niveau national».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole