Aller au contenu principal

Comment produire du haricot sec en Limagne ?

L’entreprise Naudet et Fils recherche des hectares irrigués pour la production de haricots secs et sécuriser ses approvisionnements.

Le haricot rouge pourrait devenir une nouvelle filière dans le Puy-de-Dôme.

La Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme présentait le 23 octobre dernier, une potentielle culture à mettre en place dans le département. L’entreprise Naudet et Fils développe une filière française de production de légumes secs. Elle recherche à ce titre près de 1 000 ha en Limagne pour s’approvisionner en haricots secs rou-ges et blancs et sécuriser sa pro- duction. « C’est une opportunité qui se présente à nous. Il y a certes des solutions et une nouvelle organisation à trouver mais nous nous devions de la présenter aux agri- culteurs. Ce n’est pas idiot de produire du haricot en Limagne puisqu’il y a déjà une production de haricots de semences depuis 30 ans avec Limagrain » explique Bertrand Nicolas, élu à la Chambre d’agriculture.

Itinéraire technique

Le haricot s’implante obligatoirement dans des parcelles irriguées au sol non hydromorphe. Il se sème aux alentours de la mi-mai dans des sols réchauffés à la température minimale de 12°C. « L’objectif est d’avoir une levée rapide et homogène pour faciliter la gestion des adventices » précise Frédéric Moigny, conseiller à la Chambre d’agriculture. L’écartement des rangs est compris entre 45 et 60 cm et la densité de semis s’élève à 230 000 grains/ha. Les semences sont importées directement des États-Unis et vendues aux producteurs au coût de 340€/ha. « L’homologation des semences pour le Bio ne pose à priori pas de problème. »

La gestion des adventices est en revanche très stricte notamment concernant la culture de haricot blanc puisque l’entreprise exige aucune présence de morelle qui tâche les grains ni de datura extrêmement toxique.

Les apports d’azote sont à limiter et à réaliser après l’obtention de reliquats sortis hiver. Concernant, la protection des maladies et des ravageurs, l’entreprise « Naudet et Fils ne donne aucune prérogative ». La culture n’est cependant pas épargnée. Les agriculteurs peuvent être amenés à observer du Sclérotinia. « Le développement de la maladie est limité par le rallongement des rotations minimum 5 ans. Il faut également éviter les précédents tournesol et colza. » Les producteurs doivent surtout craindre dans cette culture la Graisse, une maladie provoquant des tâches brunes sur les haricots les rendant invendables. « C’est très rare si la semence est de qualité. » Du côté des ravageurs, la mouche du semis, les pucerons et la pyrale du maïs sont à craindre.

 

Une récolte complexe

Les haricots se récoltent entre fin août et début septembre à un taux d’humidité de 16 à 18%. Les travaux s’effectuent en deux temps avec d’abord un arrachage des pieds et un battage. « Il faut des « colombos », des machines spéciales qui permettent de battre le grain sans le fendre. Deux sont présentes sur le département mais elles sont saturées. L’investissement pour un tel outil s’élève à environ 130 000€ » précise Frédéric Moigny. Le coût à la récolte est estimé à environ 450€/ha. Les objectifs de rendements se situent aux alentours de 27 quintaux/ha en haricots rouges et blancs conventionnels et à 10 quintaux/ha en Bio.

 

Une fois récoltés, les haricots sont stockés à plat à la ferme avant le transport par camion jusqu’à l’usine de l’entreprise dans l’Indre. « L’agriculteur doit gérer le transport. » Concernant les prix de vente, ils étaient garantis en 2019 à 990€/t pour le haricot rouge et 830€/t pour le haricot blanc. Les haricots biologiques étaient vendus 2 800€/t. La production est contractualisée auprès de Naudet et Fils sur un contrat annuel ou d’une durée de cinq ans. L’entreprise assure l’accompagnement technique.

 

Infos plus

Pour plus d’informations contactez la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme : 06.30.00.26.94.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole