Aller au contenu principal

Agronomie
Comment optimiser sa pulvérisation ?

Coûteux et nocifs, les produits phytosanitaires doivent faire l'objet d'une attention particulière au moment de leur application afin d'optimiser leur usage.

Pulvérisateur

Un bon traitement phytosanitaire est un traitement réalisé au bon moment et dans de bonnes conditions pour optimiser tout son usage et éviter les passages inutiles. Une réflexion et une technicité d'autant plus importante à s'approprier aujourd'hui que le nombre de molécules homologuées ne cesse d'être réduit. Petit rappel avant de commencer la saison...

La bas volume : la technique qui optimise

Lors de l'intervention, il est essentiel de rechercher une répartition homogène du produit et un nombre d'impact suffisant sur les plantes en fonction du produit. Il faut compter entre 20 à 30 impacts/cm2 pour les insecticides systémiques, herbicides de pré-levée et herbicides systémiques. Les insecticides de contact et fongicides systémiques auront besoin de 30 à 40 impacts/cm2 tandis que les herbicides et fongicides de contact nécessiteront entre 50 à 70 impacts/cm2. 
Le volume de bouillie est également à raisonner avec cette référence de 60 à 90 L/ha. On parle alors d'un traitement à bas volume. Malgré tout, il permet d'obtenir des gouttes assez peu sensibles à la dérive et une couverture de 40 à 60 impacts/cm2, quel que soit le produit utilisé.
La réduction des volumes de bouillie à l'hectare offre également les avantages de réduire la charge de transport en eau, rouler plus vite dans les champs et se positionner au plus près des bonnes conditions de traitement pour maximiser l’efficacité. Attention toutefois, cette technique demande de la rigueur notamment dans le choix des buses, leur calibre et la vitesse d’avancement, tout en réalisant une couverture optimale. Il ne faut pas non plus oublier que les bas volumes ne sont pas à pratiquer de la même manière avec tous les produits !

Les conditions météo, la clé de voûte de la pulvérisation

Le choix du produit, le stade de la plante et/ou de l'invasion, la technique... sont autant de critères sur lesquels il faut se pencher mais ils ne prévalent pas sur les conditions climatiques. Le vent est le pire ennemi de la pulvérisation. La réglementation impose de traiter par vent inférieur à 19 Km/h mais les recommandations agronomiques font état d'un vent maximal de 5 à 10 Km/h. A noter que le vent est plus faible la nuit et en début de matinée. L'hygrométrie n'est pas à négliger puisqu'elle permet une meilleure absorption du produit par les plantes et évite son évaporation (20% du produit est perdu si l'humidité relative est de 60%). Elle doit être supérieure à 80% et encore une fois c'est très tôt le matin qu'elle sera à son maximum.
Enfin, la température joue un rôle primordial notamment pour les produits systémiques qui demandent un temps poussant pour être efficaces puisque transportés par la sève. Des températures entre 5°C et 15°C sont idéales.
Bien d'autres connaissances sont à acquérir avant de se lancer dans le bas volume et l'optimisation phytosanitaire. Le choix et l'utilisation d'adjuvants, des susbtances actives ou encore l'ordre d'introduction des produits dans la cuve sont autant d'informations à connaître.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Mathieu Peyrat a repris l'exploitation de François Dauphin à Job.
" J'ai eu la chance d'avoir le repreneur sous la main"
Plusieurs journées autour de la cessation et reprise d'exploitation sont organisées dans le Puy-de-Dôme. L'occasion de rencontrer…
Ovins dans une étable
La filière ovine puydômoise à la recherche de repreneurs
Le renouvellement des générations est également un enjeu pour les filières puisqu'il assure le maintien du maillage des activités…
Emmanuel Bernard, Bruno Dufayet et Jonathan Janichon face aux représentants des éleveurs de la région Auvergne Rhône Alpes mardi 16 février à Aubière.
Les éleveurs allaitants mettent la pression sur le gouvernement
 Prix en berne, échec du plan-filière, négociations difficiles de la Pac, indifférence et passivité gouvernementale... Les…
Le 17 février, une trentaine d'agriculteurs a répondu présent à l'invitation de la Chambre d'agriculture autour d'une réunion d'information sur la mise en place d’une filière légumes dans le Puy-de-Dôme.
Légumes de plein champ : les prémices de la filière
Le 17 février dernier, la première réunion d'information autour de la production de légumes de plein champ marque le début des…
L’appel des 45 parlementaires pour une PAC juste et durable
A l'initiative d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme, 45 parlementaires de toutes sensibilités, ont lancé officiellement,…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 et Quentin Baumont, président de JA63
"Nous ne lâcherons rien !"
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 et Quentin Baumont, président de JA63, reviennent sur les raisons de la mobilisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole