Aller au contenu principal

Collectif
Comment attirer les jeunes vers les Cuma ?

Décrits comme plus individualistes, les jeunes agriculteurs seraient-ils moins séduits par l’aventure collective proposée par les Cuma ? Si les mentalités évoluent, la situation est plus nuancée qu’il n’y paraît. Le point avec Manon Bossa et Damien Gayet de la Fédération régionale des Cuma d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Très engagé sur les projets de recherche et de développement, proposant de plus en plus des services en matière d’emploi partagé, de formation…le réseau des Cuma au niveau d’Auvergne-Rhône-Alpes l’est tout autant sur le renouvellement de ses adhérents. A l’heure où le nombre d’agriculteurs diminue et où l’individualisme gagne toutes les dimensions de nos sociétés modernes, le réflexe « Cuma » serait-il moins évident qu’autrefois ? L’agriculture n’échapperait donc pas à ce repli sur soi ? « La taille des exploitations et la fiscalité plus avantageuse ne favorise pas le travail en collectif », analyse Manon Bossa, chargée de mission Stratégie et Agroéquipement à la FR Cuma Aura. Et pourtant la flambée actuelle des charges interroge et devrait donner l’avantage au modèle Cuma qui peut apporter des réponses solides.

En 2020, nombreux sont encore les agriculteurs à y avoir recours en adhérant à l’une des 1 680 structures que compte la région. 41 millions d’euros de chiffres d’affaires ont été générés par les Cuma en 2020, qui ont investi 67 millions d’euros soit en moyenne 67 000 euros par Cuma. Leur dynamisme est donc une réalité confortée cette année, par un accompagnement substantiel du plan de relance.

Lourdes charges de mécanisation

« Plus de 50% des charges sont générées par la traction et le carburant. Deux postes où le collectif ne joue pas pleinement. Ce n’est pas le levier que les agriculteurs actionnent en premier lieu, ils vont d’abord s’attaquer à l’alimentation. Aller toucher au tracteur c’est moins séduisant, moins facile à mettre en œuvre et plus multifactoriel. Pour aller au-delà, et bouger les lignes, cela nécessite de travailler davantage sur les relations humaines », explique Damien Gayet, chargé de mission Expertise Machinisme et Numérique.

C’est toute l’ambition du projet Co-Agil, porté par les Cuma, qui propose aux collectifs de « parler travail » pour mieux coopérer entre générations et améliorer leur fonctionnement (gouvernance, organisation ...) :  aider les jeunes à s’intégrer, leur faire une place au chaud le temps qu’ils prennent leurs marques, transmettre progressivement l’exploitation comme l’engagement en cuma, mettre en place des administrateurs stagiaires, les accompagner dans les transitions du numérique… les initiatives sont nombreuses pour tenter de capter les jeunes qui ont fait de l’agriculture leur métier. Le numérique est l’une des plus innovantes qu’a saisie la fédération régionale des Cuma d’Aura. Elle s’est ainsi adossée à la fédération nationale dans la plateforme « myCumaLink » qui permet aux Cuma de se faire connaitre dans leur environnement. « Elle sert surtout aux responsables à savoir quels matériels possèdent les autres groupes et à contacter en direct leurs collègues », précise Damien Gayet. Les Cuma de la région Aura ont parallèlement mis en place l’outil « myCuma Planning ». L’objectif est de faciliter la réservation et apporter de la fluidité dans la circulation des matériels entre les adhérents d’une cuma. Autant d’outils 2.0, complémentaires à la collaboration et la convivialité propres aux Cuma, capables de séduire un nouveau public d’agriculteurs.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les éleveurs du syndicat Aubrac des Volcans sur le ring confectionné en partenariat avec les élèves du lycée du Breuil-sur-Couze.
L'Aubrac a fait le show au château du Breuil !
La 20ème édition de la compétition départementale Aubrac a rassemblé une centaine d'animaux et attiré plus de 600…
Une équipe de professionnels et de techniciens au complet pour organiser le concours départemental Salers du Puy-de-Dôme version 2022
#salers2022, une belle réussite !
Samedi 27 août, c’était au tour de la commune d’Ardes-sur-Couze d’accueillir le concours départemental Salers et de mettre en…
Le 8 septembre, la coopérative a inauguré son nouveau moulin dans la plaine de Saint-Ignat, en présence de nombreuses personnalités politiques locales.
Limagrain inaugure son nouveau moulin
Limagrain a inauguré son nouveau moulin à blé à Saint-Ignat, après plus de deux ans de travaux et 24 millions d'euros d'…
L’Aubrac présente son fleuron dans le Puy-de-Dôme
Le 10 septembre prochain, le syndicat Aubrac des volcans vous donne rendez-vous au lycée agricole du Breuil-sur-Couze pour le…
De gauche à droite : Gilles Flandin et Damien Bonaimé, respectivement président et directeur de la Safer Auvergne-Rhône-Alpes.
La Safer Auvergne-Rhône-Alpes présente sa feuille de route 2022-2028
À l’occasion de la rentrée 2022, la Safer Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa feuille de route pour les années à venir. Gilles…
Bouteille de lait
Prix du lait : à la recherche de plus de visibilité
La juste rémunération des producteurs de lait est toujours au cœur des combats de la Fédération des producteurs de lait du Puy-de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole