Aller au contenu principal
Font Size

Production ovine
Comment attirer de nouvelles vocations ?

Le secteur ovin a besoin de producteurs. Malgré des perspectives plus clémentes et une dynamique de soutien attractive, les candidats à l’installation en élevage ovin restent trop peu nombreux.

En amont du congrès national, prévu pour les 25 et 26 avril, à Châlon-en-Cham-pagne, la fédération nationale ovine a entamé son tour des régions. La semaine dernière, le secrétaire général adjoint, Jérôme Redoules, éleveur dans le Tarn, était présent en Auvergne. L’occasion pour lui de mesurer qu’ici comme ailleurs, on commence à se pencher sérieusement sur la question de la reconquête ovine. Une reconquête qui passe d’abord par l’émergence de nouveaux projets. «Nous avons tous les moyens pour accompagner les porteurs de projets, mais le problème c’est que nous n’avons pas les candidats», souligne Marion Vedel, des JA du Puy-de-Dôme. Un sentiment conforté par les chiffres, puisque les départements auvergnats installent respectivement moins de 10 jeunes en production ovine par an.

Et pourtant avec près de la moitié de ses producteurs à renouveler dans les années à venir, la filière ovine française va devoir installer de nouveaux éleveurs si elle souhaite maintenir son niveau de production.

 

Investissements

Elle bénéficie plus que jamais de nombreux atouts. Confortée par de nouvelles aides de la PAC en 2010, la profession d’éleveur ovin permet de dégager un revenu au moins équivalent à celui des au-tres productions. Bénéficiant d’une image positive auprès du grand public avec un rôle reconnu dans la préservation de la biodiversité et l’entretien des paysages, elle jouit également de perspectives de marché favorables (consommation mondiale d’agneaux prévue à la hausse et disponibilités sur le marché réduites pour les années à venir). A l’heure d’aujourd’hui, la production ovine française de viande d’agneau ne couvre que 45 % de la consommation intérieure. A cela s’ajoute des exploitations à reprendre du fait de nombreux départs à la retraite prévus dans les années à venir. «Nous avons des outils qui tournent, mais nous ne pouvons pas les transmettre, car l’investissement est trop important pour le jeune», estime Paul Bony, éleveur dans le Puy-de-Dôme. D’où la nécessité selon Michèle Boudouin, présidente de la section régionale ovine de la FNSEA Auvergne, «d’imaginer de nouveaux moyens de financement. L’idée que les cédants puissent être les premiers investisseurs ne doit pas être abandonnée».

 

 

Un message optimiste

Pour susciter des vocations auprès des jeunes, des agriculteurs en recherche de diversification ou d’adultes en reconversion, la profession mise aussi sur la communication. «Des évènements comme les Ovinpiades ou encore les interventions des professionnels dans les lycées sont des initiatives intéressantes pour changer l’image de la production ovine», souligne Paul Bony. Des organismes comme l’Institut de l’élevage peuvent également apporter leur pierre à l’édifice. «Il y a des exploitations qui fonctionnent bien, y compris en Auvergne, qui ont su mettre en place des solutions pour éviter d’avoir à galérer pendant des années», insiste Gérard Servière de l’Institut de l’élevage.

Se donner des objectifs et des moyens pour y parvenir. Cette philosophie, Ludovic Padiolleau, la fait sienne au moment de franchir le pas de l’installation, il y a trois ans, dans l’Allier, du côté de Saint-Plaisir. «Quand j’ai souhaité m’installer en Gaec avec mes deux oncles, j’ai dit banco pour la production ovine, à condition de

s’équiper en outils de contention», se souvient le jeune homme. Finir courbé et complètement cassé à 40-50 ans, très peu pour lui, mais au-delà de la contrainte sécurité et santé, Ludovic savait que la contention était aussi synonyme d’un rendement de travail meil-leur.

Il ne s’était pas trompé. «Nous avons divisé la main-d’œuvre par trois, grâce aux équipements de contention et avec l’aide d’un chien de troupeau».

Des exemples comme celui de Ludovic méritent d’être mis en avant. Pour lui, il est essentiel de rencontrer les jeunes et de leur livrer un message positif. La profession s’y emploie.

 

Au fil des initiatives

 

Sensibiliser les cédants

Dans le Puy-de-Dôme, la chambre d’agriculture en partenariat avec la FDO, mène un travail de prospection auprès des cédants. «L’idée est de sensibiliser les cédants à la transmission, de les interroger sur leur vision, leurs objectifs», explique Magali Boulleau, directrice de la Chambre d’agriculture.

Gagnant-gagnant

L’organisation de producteurs, Copagno vient de mettre en place un programme de développement en partenariat avec les autres acteurs de la filière (Groupe Bigard «agneaux label rouge», arcadie «agneaux EQC», Limagrain, Tellus, Eurena et ROM SELECTION), visant à accroître les troupeaux existants de plus de 100 brebis et à aider l’installation de nouveaux adhérents, d’au moins 100 brebis. Ce programme se matérialise par un soutien financier en échange d’un contrat de 5 ans. L’objectif est d’aider au financement de 3000 nouvelles agnelles-brebis par an durant cinq ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Apprentissage, alternance, aide à l’embauche : le gouvernement incite les entreprises à employer des jeunes.
Apprentissage et emploi : des aides à l’embauche
Présenté en juin par le gouvernement, le plan « 1 jeune 1 solution » entend favoriser l’emploi des jeunes par l’intermédiaire de…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole