Aller au contenu principal

Christian Guy : « C'est des prix qu'il nous faut...pas des prêts ! »

Président de la section régionale porcine du Massif central, Christian Guy ne décolère pas face aux diverses annonces des pouvoirs publics.

Christian Guy est producteur de porc en châtaigneraie cantalienne.

 

Que vous inspirent les récents propos du ministre de l'agriculture se félicitant de la hausse des cours du porc proche de l'objectif visé ?

Christian Guy : Quand Stéphane Le Foll dit qu'à 1,40 euros, l'objectif est atteint, il ment. Le coût de production chez nous dans le Massif central, c'est 1,60 euros. Il est clair qu'avec un cours du porc à 1,40 euros, les éleveurs non seulement ne gagnent pas d'argent, pire ils en perdent !

La situation a-t-elle atteint un seuil critique inédit ?

C.G. : On arrive au bout d'un système. En Bretagne, 345 éleveurs ont arrêté la production en 2014. Aujourd'hui, on comptabilise pas moins d'un arrêt par jour. Dans le Massif central, pas une semaine ne passe sans que j'apprenne qu'un collègue, un voisin envisage sérieusement de mettre un terme à la production porcine. Aujourd'hui pour espérer sortir du marasme, il nous faut des prix.

Les annonces du gouvernement sont-elles à la hauteur de la crise traversée par l'ensemble des filières d'élevage ?

C.G. : Nos gouvernants sont à côté de la plaque. Certes, le politique n'est pas là pour faire le prix mais à un moment donné, il faut qu'il se mouille. On nous propose de prendre un prêt pour en payer un autre. A ce train là, on va finir comme les grecs. L'élevage ne trouvera son salut que dans les prix. Actuellement, ce sont les éleveurs qui trinquent, mais il ne faut pas oublier que derrière ce sont des emplois qui sont générés. Il faut absolument mettre un terme à cette course au moins-disant qui conduit à des absurdités. En porc, certains salaisonniers se font tellement presser par la grande distribution, qu'ils vont faire leur course en Espagne.

Les pouvoirs publics n'ayant à priori pas mesuré l'ampleur du problème, nous allons continuer nos actions en ciblant notamment toutes les viandes étrangères.

 

Recueillis par Sophie Chatenet

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole