Aller au contenu principal

Christian Guy : « C'est des prix qu'il nous faut...pas des prêts ! »

Président de la section régionale porcine du Massif central, Christian Guy ne décolère pas face aux diverses annonces des pouvoirs publics.

Christian Guy est producteur de porc en châtaigneraie cantalienne.

 

Que vous inspirent les récents propos du ministre de l'agriculture se félicitant de la hausse des cours du porc proche de l'objectif visé ?

Christian Guy : Quand Stéphane Le Foll dit qu'à 1,40 euros, l'objectif est atteint, il ment. Le coût de production chez nous dans le Massif central, c'est 1,60 euros. Il est clair qu'avec un cours du porc à 1,40 euros, les éleveurs non seulement ne gagnent pas d'argent, pire ils en perdent !

La situation a-t-elle atteint un seuil critique inédit ?

C.G. : On arrive au bout d'un système. En Bretagne, 345 éleveurs ont arrêté la production en 2014. Aujourd'hui, on comptabilise pas moins d'un arrêt par jour. Dans le Massif central, pas une semaine ne passe sans que j'apprenne qu'un collègue, un voisin envisage sérieusement de mettre un terme à la production porcine. Aujourd'hui pour espérer sortir du marasme, il nous faut des prix.

Les annonces du gouvernement sont-elles à la hauteur de la crise traversée par l'ensemble des filières d'élevage ?

C.G. : Nos gouvernants sont à côté de la plaque. Certes, le politique n'est pas là pour faire le prix mais à un moment donné, il faut qu'il se mouille. On nous propose de prendre un prêt pour en payer un autre. A ce train là, on va finir comme les grecs. L'élevage ne trouvera son salut que dans les prix. Actuellement, ce sont les éleveurs qui trinquent, mais il ne faut pas oublier que derrière ce sont des emplois qui sont générés. Il faut absolument mettre un terme à cette course au moins-disant qui conduit à des absurdités. En porc, certains salaisonniers se font tellement presser par la grande distribution, qu'ils vont faire leur course en Espagne.

Les pouvoirs publics n'ayant à priori pas mesuré l'ampleur du problème, nous allons continuer nos actions en ciblant notamment toutes les viandes étrangères.

 

Recueillis par Sophie Chatenet

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole