Aller au contenu principal

CGB Limagnes devient le Syndicat Nouvelles Limagnes

Une page se tourne pour les ex-planteurs des Limagnes qui, à l'occasion de leur assemblée générale, ont décidé de conserver la dynamique de leur syndicat au service de ses adhérents.

Alors que la procédure judicaire liée à la fermeture de de la sucrerie de Bourdon est en train de se clôturer, les betteraviers des Limagnes ont décidé d'aller de l'avant en poursuivant l'activité de leur syndicat au service des ex-planteurs. La décision a été entérinée  par les adhérents, réunis à Ennezat ce mardi 8 septembre, à l'occaison de leur assemblée générale. "Nous avions deux possibilités:  soit rester au sein de la CGB nationale dont l'ambition est d'évoluer en un syndicat unique; le  syndicat les Limagnes était alors voué à disparaitre dans une procédure de fusion absorption. Soit on se détachait de la CGB pour devenir un syndicat indépendant avec la maîtrise totale de nos actions et de nos réserves" a expliqué le président Régis Chaucheprat. C'est donc chose faite, la CGB des Limagnes devient le Syndicat Nouvelles Limagnes (SNL). Derrière cette nouvelle dénomination, la structure a pour nouvel objet :" rechercher et développer, dans l'intérêt de ses adhérents, toute production, solution economique alternatives à la betterave ainsi que tout débouché et nouvelle valorisation de la betterave". Le SNL, porté par de nouveaux statuts, entend ainsi jouer un rôle dans la recherche de solutions de productions pour les ex-planteurs, en lien avec des partenaires et autres OPA locales. "Nous devons penser à l'avenir " a insisté le président.

L'enjeu de l'eau

Mais remplacer 5 000 ha de betteraves ne se réalise pas du jour au lendemain. Les cultures visées doivent revêtir un intérêt agronomique, technique et économique et être organisées en filières. "Certes, différentes productions peuvent être mises en place mais chacune dépendra de nos capacités à irriguer" fait valoir un adhérent.  "L'irrigation est en effet un préalable au développment de la Limagne demain. Elle seule permettra d'assurer et de péreniser les productions " surenchérit le président Chaucheprat. Selon le représentant de la DRAAF, présent dans l'hémicycle, l'Etat est mobilisé à l'échelle régionale pour faire émerger une centaine de projets de stockage d'eau en Auvergne. "C'est un sujet complexe mais des ouvrages sont en cours de réalisation" affirme-t-il. Le Syndicat Nouvelles Limagnes a désormais du pain sur la planche pour aider ses adhérents à rebondir. "Même si nous ne digèrons toujors pas la fermeture de la sucrerie nous devons aller de l'avant et rester unis" s'est exprimé le président.

Essai de betterave fourragère

Ex-planteurs de betteraves sucrières, Antoine Renard expérimente cette année la production de betteraves fourragères sur 3ha pour la consommation de ses vaches laitières. «L’objectif de cet essai est de vérifier les intérêts technique et économique de la culture, son rendement et voir comment gérer le volume de stockage et la distribution» détaille Antoine. Riche en concentré (1,15 UF contre 0,9 UF pour le maïs ensilage), la betterave fourragère devrait atteindre 100 à 120 tonnes racine/ha. «Si les résultats se confirment, j’enviasge de semer 5 à 6 ha et diminuer ainsi la production de maïs ensilage» indique Antoine Renard.

CR

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole