Aller au contenu principal

Faire du lait dans le Puy-de-Dôme
« C’est décidé, j’adhère ! »

S’entourer des services du Contrôle laitier c’est se donner les moyens d’améliorer la conduite de son élevage.

Anne Barthomeuf, technicienne du Contrôle laitier a pour mission de convaicre les producteurs laitiers d’adhérer aux services proposés par le Contrôle laitier.

Adhérer au Contrôle laitier découle avant tout d'une démarche volontaire de l'éleveur qui souhaite bénéficier d'un appui technique dans la conduite de son élevage.
Anne Barthomeuf, technicienne du Contrôle laitier depuis deux ans sur le secteur « Sancy, Vernines, Orcival » s'attache dans sa mission à convaincre les producteurs laitiers de se tourner vers les services du Contrôle laitier du Puy-de-Dôme. «Notre rôle n'est pas seulement celui de technicien. Il nous incombe aussi d'informer les éleveurs sur les nouveautés et l'actualité techniques nécessaires à la conduite de leur exploitation » indique-t-elle.
L'appui technique qui est proposé porte sur plusieurs thèmes essentiels: production et qualité du lait, plan de sélection, élevage de génisses, reproduction, fertilisation, gestion de pâturages, ration, suivi administratif... «Contrôle de performance ou conseils : le choix est à la carte ! L'éleveur retient la formule la mieux adaptée à ses besoins » précise la technicienne. L'alimentation, les pâturages et le travail sur les génisses sont les thèmes qui reviennent en priorité, « car fortement attachés aux Aoc » reconnaît Anne Barthomeuf. Une fois la décision prise, le producteur et le technicien s'engagent sur une durée de un an renouvelable tous les ans. «Sur la base des premiers résultats obtenus, nous mettons en place un suivi régulier de l'exploitation selon la formule choisie. Cela peut aller de 2 à 3 visites par an à 2 à 3 visites par mois. Mais il faut avoir une année de recul pour mesurer les résultats et se rendre compte du degré de satisfaction de l'éleveur» ex-plique Anne.
En 2008, le Contrôle laitier du Puy-de-Dôme a accueilli 45 nouveaux adhérents et depuis le 1er janvier 2009, 20 autres ont décidé de s'entourer des services du Contrôle laitier. Afin d'inciter les producteurs de lait AOC à entrer dans la démarche du Contrôle laitier, une aide de 5 € par 1000 litres de lait leur est versée. Enfin pour tous les éleveurs laitiers adhérents au Contrôle, le Conseil général du Puy-de-Dôme prend en charge une partie de l'appui technique.
« Le mieux est de se renseigner auprès du Contrôle laitier ou du technicien de secteur ou bien encore dans le cadre des réunions de l'EDE » conclut Anne Barthomeuf.

Témoignage

Thierry Testud est producteur de lait (+ 170 brebis) à Cluchat, commune du Vernet Ste Marguerite, sur une production de 133 000 litres, 21 Prim'Holstein, 120 ha.
Il est adhérent au Contrôle laitier du Puy-de-Dôme depuis l'été 2008. « Je n'avais pas forcément besoin d'appui technique, ou du moins je n'en ressentais pas l'utilité, mais aujourd'hui il faut faire plus de lait et améliorer l'efficacité économique de l'exploitation. Je me suis donc adressé au Contrôle laitier, plus particulièrement à Anne Barthomeuf que je connaissais déjà et qui m'a convaincu de souscrire un appui technique ». Un travail important a été engagé cet hiver sur l'alimentation et sur le rééquilibrage de la ration dans l'objectif, notamment, «d'augmenter la production de lait par vache tout en maintenant la qualité ». « Anne est de bon conseil. Travailler avec elle permet de cibler les problèmes de l'élevage est de définir des solutions. Par exemple, je suis confronté à des problèmes de fécondité sur lesquels nous travaillons aujourd'hui pour mieux connaître le profil métabolique et adapter une solution. En même temps, nous travaillons sur l'amélioration de la ration et sur les cellules » Thierry ne regrette pas son adhésion au Contrôle laitier, « je bénéficie ainsi de conseils pour améliorer la conduite de mon élevage. Et puis cela me permet d'échanger avec la technicienne et de m'informer sur les techniques nouvelles, c'est enrichissant ! » L'éleveur a également souscrit un suivi administratif sur les déclarations Pac et le cahier d'épandage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole