Aller au contenu principal

Réactions sections régionales
Cap historique pour l’élevage herbager

Le travail de longue haleine mené par le Massif central sur la PAC a porté ses fruits. La réorientation des soutiens vers les productions fragiles est en marche. De quoi donner davantage de légitimité à la PAC.

Voilà plus de deux ans que nous avons entamé dans le Massif central un travail de réflexion sur la PAC. Le travail a débouché sur des propositions contenues dans le « livre blanc de l'agriculture du Massif central». Il s'est accompagné d'une mobilisation de tous les instants, qui a démontré que l'ensemble des agriculteurs du Massif central, quelles que soient leurs productions, soutenaient ces propositions.
Il y a eu les états généraux de la filière ovine pour alerter sur l'urgence qu'il y avait à trouver des solutions concrètes pour ce secteur au bord du gouffre. Il y a eu la rencontre du 17 juin au cours de laquelle dans un amphithéâtre plein comme jamais, nous avons étayé nos demandes d'un soutien économique à l'herbe et d'une relance de la politique des ICHN.
Et puis surtout il y a eu, en point d'orgue, la manifestation historique du 16 septembre à Clermont-Ferrand où nous étions plus de 20.000 à faire part de nos difficultés et de nos espoirs de voir s'opérer une réorientation de la PAC en faveur des plus fragiles.
Les objectifs poursuivis par Michel Barnier dans la négociation européenne conclue le 20 novembre, étaient en tous points similaires à ceux annoncés dans le « livre blanc de l'agriculture du Massif central ». C'est pourquoi dans la « boîte à outils » tous les instruments existaient pour procéder au rééquilibrage que nous appelions de nos vœux.
Le 23 février, Michel Barnier a fait part des choix de la France pour la mise en œuvre de la réorientation des soutiens de la PAC et la manière dont les différents outils seront utilisés.

 

 

Des soutiens réorientés :

une PAC légitimée

Les décisions annoncées représentent un cap historique puisqu'une partie des soutiens de la PAC va être réorientée pour soutenir les secteurs les plus fragiles, et notamment le secteur de l'élevage. Ces soutiens seront plus légitimes et plus efficaces, ce qui était une nécessité absolue pour préserver les moyens d'une politique agricole européenne forte après 2013.
Nous avons été entendus sur les principes fondamentaux. La tentation de l'aide unique à l'hectare, indifférenciée, ne tenant pas compte des actifs a été clairement écartée. Pour nous, certaines avancées sont indéniables et viendront apporter une bouffée d'oxygène à un secteur d'élevage en crise profonde.
Il y aura bien un soutien à tous les hectares d'herbe productifs dans le premier pilier de la PAC. Le soutien à l'herbe sera conditionné au maintien d'une activité d'élevage.
Pour la production ovine qui en avait le plus grand besoin on peut dire que « le compte y est ». Le ministre de l'Agriculture a démontré un soutien sans faille à cette filière, mesurant clairement, dès le départ, les injustices dont elle avait été victime depuis de nombreuses années. Aujourd'hui, l'espoir peut légitimement renaître chez les moutonniers.
La nécessité d'un soutien spécifique à la production laitière des zones montagneuses est reconnue, même si l'enveloppe qui lui est consacrée est insuffisante. Les critères d'attribution restent à fixer et nous serons vigilants à ce que le facteur économique et humain avec la prise en compte des actifs soit déterminant dans les choix.

 

 

Contractualisation

Il nous faut désormais travailler à conforter nos productions et nos filières en zones difficiles, en particulier par la valorisation des produits et par des relations renouvelées entre transformateurs et producteurs pour préparer la sortie des quotas. Dans ce contexte, les éleveurs n'admettraient pas que les entreprises ne poursuivent qu'un seul objectif, celui d'en profiter pour récupérer des moyens financiers auprès des producteurs. Nous devons donc construire un partenariat contractuel, visant à augmenter la valeur ajoutée de nos produits au profit de toute la filière.
La fragilité du secteur bovin allaitant a été prise en compte avec le maintien du principe du couplage de la PMTVA. Il faut saluer cette orientation. D'une manière générale, quels que soient les systèmes d'exploitation, ceux qui avaient été les « laisser pour compte » de la PAC jusqu'à présent, verront leur sort s'améliorer.
Pour les productions végétales aussi il convient de souligner quelques avancées, avec une aide à la production de protéines végétales. Une dotation significative en faveur d'un système d'assurance récolte et d'un dispositif de solidarité au sein de la filière végétale permettant de prendre en compte les zones intermédiaires à faible potentiel ou les zones qui ont choisi de privilégier les Hommes et les struc­tures d'exploitation plus petites.

Quelques réserves persistent

Cependant, en dépit de toutes ces avancées incontestables nous regrettons le désengagement financier de l'Etat, en particulier sur le financement des mesures du deuxième pilier. Ce désengagement a, à nos yeux, deux conséquences néfastes.
L'effort fait sur la revalorisation des ICHN est très insuffisant puisqu'il consiste, ni plus ni moins, qu'à tenir un engagement fait par le Ministre Hervé Gaymard en 2002 de revalorisation de 50 % des 25 premiers hectares alors qu'il aurait fallu des moyens beaucoup plus conséquents pour redonner de l'efficacité à l'ensemble de la politique des ICHN.
Le désengagement financier de l'Etat ne permet pas de répondre totalement aux objectifs affichés par les Pouvoirs Publics.
Nous attendons désormais du Ministre qu'il corrige le tir sur l'engagement de l'Etat dans le deuxième pilier.
Nous participerons, avec nos structures nationales, aux groupes de travail prévus pour définir les critères d'attribution des soutiens, tels qu'ils sont désormais définis.
Nous serons très attentifs sur l'herbe, l'aide laitière et l'aide ovine notamment.
Forts de cette nouvelle orientation, gage du maintien d'une politique agricole durable, nous entamons dès aujourd'hui un travail de fond pour préparer l'avenir pour nos exploitations et pour nos filières du Massif central.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole