Aller au contenu principal

Ravageurs
Campagnols terrestres, la situation pourrait rapidement s'inverser

Les campagnols terrestres poursuivent leurs fouilles intensives des sous-sols puydômois notamment dans les secteurs du Cézallier et de l'Artense, mais ils pourraient revenir dès ce printemps au sud des Combrailles.

Carte de surveillance du campagnol dans le Puy-de-Dôme

La situation de pullulation des campagnols terrestres dans le département était plus qu'alarmante à l'automne dernier. Du Cézallier jusqu'à Aydat et un second secteur centré sur Tauves, étaient lourdement impactés par le ravageur. Les premières observations printanières semblent pour l'heure contredire ces craintes. "Restez vigilants, le campagnol est encore là mais les conditions séchantes de ces derniers mois nous empêchent de le voir" alerte Sandrine Laffont de la FREDON.

À prendre avec des pincettes

Les ensilages et les fauches seront déterminantes cette année pour témoigner de l'importance de la présence du campagnol. Même si les observations de ce printemps semblent indiquer un certain déclin, la vigilance reste de mise tout particulièrement dans l'Artense et le Cézallier. "Il faut prendre ces observations avec des pincettes. Nous avons appris en 2019 que durant les périodes sèches, le campagnol travaille moins. Au regard des conditions actuelles, il est possible que les observations soient sous-estimées."
Le sud des Combrailles (Perpezat, Rochefort-Montagne, Briffons, Tortebesse et Saint-Sulpice) a été lourdement impacté il y a dix ans. Depuis, le campagnol s'est fait discret mais là encore, Sandrine Laffont recommande la prudence. "Les campagnols ont un cycle de pullulation de 10 ans. Ils peuvent donc revenir." L'ingénieur de la FREDON conseille vivement aux agriculteurs d'être rigoureux sur le contrôle des populations de taupes. Piégeage ou recours au PH3 au printemps, et surtout sur les pâtures, est plus que préconisé pour limiter une nouvelle invasion de rongeurs.

Le Ratron à la charrue, toute l'année !

Du côté du campagnol terrestre, le Ratron GW est toujours le seul produit homologué. Le 19 janvier, l’ANSES a publié la modification de l’autorisation de mise sur le marché du Ratron GW. Son application mécanique est maintenant autorisée de façon permanente dans la limite de 2 kg/ha/an. Il n’y a donc plus de régime dérogatoire pour l’utilisation du Ratron à la charrue, néanmoins, il faut comme pour toute utilisation de phytos, la consigner dans le registre phytosanitaire de l’exploitation. Sont alors à noter : la date du traitement, le nom et le dosage du produit, les parcelles concernées, la culture en place. Le registre doit être conservé 5 ans.
La signature d’un contrat de lutte sur 5 ans avec la FREDON permet de bénéficier d’une indemnisation par le FMSE à hauteur de 75% des coûts de la lutte. Les dépenses éligibles sont : achat de matériel et de produits, facturation des travaux effectués par un prestataire (piégeage, Ratron GW, PH3, travail du sol, etc.) et/ou forfait à l’hectare pour indemniser la main-d’œuvre nécessaire à l’application du Ratron GW et du PH3 (lutte contre la Taupe d’Europe).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole