Aller au contenu principal

Ravageurs
Campagnols terrestres, la situation pourrait rapidement s'inverser

Les campagnols terrestres poursuivent leurs fouilles intensives des sous-sols puydômois notamment dans les secteurs du Cézallier et de l'Artense, mais ils pourraient revenir dès ce printemps au sud des Combrailles.

Carte de surveillance du campagnol dans le Puy-de-Dôme

La situation de pullulation des campagnols terrestres dans le département était plus qu'alarmante à l'automne dernier. Du Cézallier jusqu'à Aydat et un second secteur centré sur Tauves, étaient lourdement impactés par le ravageur. Les premières observations printanières semblent pour l'heure contredire ces craintes. "Restez vigilants, le campagnol est encore là mais les conditions séchantes de ces derniers mois nous empêchent de le voir" alerte Sandrine Laffont de la FREDON.

À prendre avec des pincettes

Les ensilages et les fauches seront déterminantes cette année pour témoigner de l'importance de la présence du campagnol. Même si les observations de ce printemps semblent indiquer un certain déclin, la vigilance reste de mise tout particulièrement dans l'Artense et le Cézallier. "Il faut prendre ces observations avec des pincettes. Nous avons appris en 2019 que durant les périodes sèches, le campagnol travaille moins. Au regard des conditions actuelles, il est possible que les observations soient sous-estimées."
Le sud des Combrailles (Perpezat, Rochefort-Montagne, Briffons, Tortebesse et Saint-Sulpice) a été lourdement impacté il y a dix ans. Depuis, le campagnol s'est fait discret mais là encore, Sandrine Laffont recommande la prudence. "Les campagnols ont un cycle de pullulation de 10 ans. Ils peuvent donc revenir." L'ingénieur de la FREDON conseille vivement aux agriculteurs d'être rigoureux sur le contrôle des populations de taupes. Piégeage ou recours au PH3 au printemps, et surtout sur les pâtures, est plus que préconisé pour limiter une nouvelle invasion de rongeurs.

Le Ratron à la charrue, toute l'année !

Du côté du campagnol terrestre, le Ratron GW est toujours le seul produit homologué. Le 19 janvier, l’ANSES a publié la modification de l’autorisation de mise sur le marché du Ratron GW. Son application mécanique est maintenant autorisée de façon permanente dans la limite de 2 kg/ha/an. Il n’y a donc plus de régime dérogatoire pour l’utilisation du Ratron à la charrue, néanmoins, il faut comme pour toute utilisation de phytos, la consigner dans le registre phytosanitaire de l’exploitation. Sont alors à noter : la date du traitement, le nom et le dosage du produit, les parcelles concernées, la culture en place. Le registre doit être conservé 5 ans.
La signature d’un contrat de lutte sur 5 ans avec la FREDON permet de bénéficier d’une indemnisation par le FMSE à hauteur de 75% des coûts de la lutte. Les dépenses éligibles sont : achat de matériel et de produits, facturation des travaux effectués par un prestataire (piégeage, Ratron GW, PH3, travail du sol, etc.) et/ou forfait à l’hectare pour indemniser la main-d’œuvre nécessaire à l’application du Ratron GW et du PH3 (lutte contre la Taupe d’Europe).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
La nouvelle programmation FEADER 2023-2027 en Auvergne Rhône-Alpes met l'accent sur l'installation et les investissements agricoles.
La Région assoit son soutien à l'agriculture
Les services de la région Auvergne Rhône-Alpes ont présenté le nouveau programme FEADER 2023-2027 à l’occasion d’une rencontre…
Julien Villedieu, Éric Villedieu et Jean-François Geille se tenant devant leur bâtiment récemment agrandi.
Robots de traite en circulation libre et maintien du pâturage
Mardi 8 novembre, des portes ouvertes bâtiment étaient organisées par l’EDE 63 au Gaec du Puy de Boucaud à Heume-l’Église,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole