Aller au contenu principal

Bruxelles propose d’accorder 5 000 € à chaque agriculteur

Les crédits du second pilier de la PAC, qui ne sont pas utilisés cette année, pourraient être versés sous forme d’aide exceptionnelle. Elle atteindrait 5 000 € par agriculteur.

Une aide exceptionnelle pouvant atteindre 5 000 € serait versée par Bruxelles à chaque agriculteur en difficulté

La Commission européenne accroche un nouveau wagon au train de mesures proposées depuis mi-mars dernier. Le 4 mai dernier, l’organisation bruxelloise a proposé d’autoriser les Etats membres de l’Union européenne de réaffecter les fonds du développement rural qui ne seraient pas employés en 2020. Si le Parlement européen et le Conseil européen donnent leur accord, ces fonds inutilisés seraient alors employés pour indemniser les agriculteurs et les petites entreprises agroalimentaires victimes de l’arrêt de l’activité économique de leur pays. Une aide exceptionnelle pouvant atteindre 5 000 € serait alors versée à chaque agriculteur en difficulté. Pour les petites entreprises, cette aide atteindrait 50 000 €. Les conditions d’éligibilité pour bénéficier de cette mesure ne sont pas définies mais cette nouvelle disposition s’ajouterait aux aides de minimis que les Etats membres versent aux agriculteurs éligibles. Les crédits réalloués s’ajouteraient aussi aux augmentations des plafonds des aides d'État fixées par la Commission européenne depuis le confinement de l’économie européenne. Chaque semaine, l’organisation européenne ne manque pas de souligner les efforts déployés depuis près de deux mois pour apporter des soutiens aux agriculteurs et aux filières agricoles confrontés aux conséquences économiques de la crise sanitaire du Covid-19 : augmentation des plafonds des aides des Etats, hausse des avances des aides PAC et allongement des délais pour faire les déclarations PAC.

Pour rappel, les demandes de paiement de la PAC pourront être déposées jusqu’au 15 juin 2020. Et les agriculteurs commenceront à recevoir leurs avances d’aides à partir de la mi-octobre. Elles représenteront 70 % des paiements directs et 85 % des paiements de développement rural. Par ailleurs, les règles de la politique agricoles seront allégées avec des contrôles moins pointilleux pour limiter les visites des contrôleurs sur les exploitations et par conséquent les contacts.

Les mesures de soutien du marché adoptées

Le journal officiel de l’Union européenne a publié les onze actes non législatifs relatifs aux mesures exceptionnelles annoncées le 22 avril dernier. Ils portent sur les aides au stockage privé pour les secteurs des produits laitiers et de la viande et sur l'autorisation temporaire d'auto-organisation de mesures de marché par les opérateurs des secteurs durement touchés par la crise sanitaire (limitation de production, retraits temporaires du marché d’une période de 2 à 6 mois maximum, distribution gratuite etc.). Ces programmes sont ouverts depuis le 7 mai 2020. Ces actes non législatifs décrivent aussi la mise en œuvre des programmes de soutien du marché.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole