Aller au contenu principal

Brebis et céréales, une complémentarité à étudier

Un atelier ovin complémentaire d’une activité céréalière, c’est possible et réalisable. C’est aussi un système qui présente des avantages.

Alexandre Bernardo a conçu sa bergerie et organisé son élevage de façon à travailler le plus efficacement possible.

Sur dix agneaux consommés en France, seul quatre sont élevés sur le territoire. La filière ovine est en quête d’éleveurs mais peu s’engagent sur cette voie. Pourtant, l’élevage se complète bien avec un atelier céréalier, maraîcher ou fruitier. Il permet de diversifier les ressources et de dégager un revenu supplémentaire non négligeable pour l’exploitation. Les brebis valorisent également les prairies difficiles d’accès ou de moindre qualité. Ces avantages, Alexandre Bernardo a su les saisir. L’atelier ovin a permis d’installer le jeune agriculteur à Nonette, dans le Gaec familial.

 

Une solution à l’installation

Malgré une surface de 150 ha et une production purement céréalière, le GAEC de Plaisir ne permettait pas de faire vivre à la fois Alexandre et son père, Joël Bernardo. Ne pouvant acquérir davantage de terres cultivables, les deux agriculteurs ont du réfléchir à diversifier leur activité. Avec plus de la moitié de leur surface en prairie, l’élevage s’est imposé. «Il fallait valoriser ces prés. J’aurais aimé des bovins allaitants mais je n’avais pas droit aux primes et les vaches laitières demandaient trop d’investissements financiers. Les moutons étaient la solution idéale » ex-plique Alexandre Bernardo. En effet, pour moins de 200 000 €, le jeune agriculteur a construit une bergerie et acheté un troupeau de 270 brebis Blanche du Massif central, permettant ainsi son installation en 2013.

 

L’organisation, ce n’est pas sorcier

« Nous avons diminué les surfaces en blé pour implanter de la luzerne. Avec le fumier en plus, nous avons considérablement réduit nos charges d’amendements. » C’est là qu’est le bon filon ! Les ateliers ovin et céréale se marient presque à la perfection. Tandis que l’un donne l’alimentation, le second offre de quoi entretenir la terre. Côté travail, les agriculteurs ont réussi à s’organiser sans pour autant négliger un atelier plus qu’un autre. Le système de trois agnelages en deux ans permet notamment d’alterner les pics de travaux sans qu’ils se chevauchent. « Le gros point fort de l’élevage ovin est la flexibilité. Les dates d’agnelages ont été fixées en fonction des interventions aux champs (moissons, semis, castration…). De plus, les brebis ne sont pas difficiles. Si elles mangent une heure plus tôt ou plus tard, elles ne s’en ressentent pas.»

Aujourd’hui, l’élevage du Gaec de Plaisir compte 380 brebis. Les quelque 700 agneaux nés et engraissés sur la ferme sont vendus en Label Rouge. Alexandre Bernardo estime que cet atelier soutiendra même la production céréalière les mauvaises années. « Nous n’avons pas encore atteint notre rythme de croisière pour l’affirmer mais je pense, qu’à terme, l’élevage se suffira à lui-même et apportera même un revenu supplémentaire à l’exploitation. C’est aussi pour cela que j’ai choisi la filière ovine. Depuis quelques années, elle se porte bien mieux et les prix se tiennent. Nous aurions été quelques décennies en arrière, je ne l’aurais probablement pas fait. »

Oviplan, un logiciel d’aide à la décision

 

Ce logiciel gratuit, intuitif et interactif est en accès libre sur le site www.idele.fr. Il permet à de futurs éleveurs d’avoir un premier chiffrage technique et économique des conséquences de la création d’un atelier ovin. A partir de questions simples, Oviplan permet à un candidat d’identifier un système de production ovin correspondant à ses objectifs et ses conditions d’installation. L’internaute affine ainsi son projet et peu ensuite approfondir sa recherche via une documentation à télécharger (fiches cas-types), des liens vers des sites spécialisés en installation ovine, et des adresses de spécialistes régionaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole