Aller au contenu principal

Bovin viande
Blocage des ateliers Bigard : le bilan un an après !

Un an après le coup de force des éleveurs, les effets concrets de la feuille de route interprofessionnelle et notamment de la stratégie export se font concrètement sentir.

Il est des anniversaires plus faciles à fêter que d’autres. Alors que partout en France on célébrait le 11 novembre la fin de la Grande guerre, les éleveurs de bovins viande auraient pu souffler la première bougie de la fin d’un conflit économique engagé le 7 novembre 2010 avec le leader industriel du marché français: Bigard, dont neuf des principaux sites avaient été bloqués avant qu’une feuille de route ne soit validée au sein de l’interprofesssion. Une levée des blocages qui avait alors laissé à certains un goût amer d’inachevé.

Sous l’égide du ministre de l’Agriculture, la filière avait pourtant convenu d’œuvrer à une transparence des transactions commerciales, à la refonte du système de cotations, au renforcement de l’export, à la redynamisation des produits VBF (viande bovine française) et à la contractualisation. Un train de mesures destiné pour la Fédération nationale bovine à activer une hausse des cours nécessaire pour compenser celle des coûts de production.

Le second effet export

Un an après, où en est-on ? «Dans une conjoncture globalement meilleure, répond Dominique Langlois, président d’Interbev (interprofession). Les prix du jeune bovin (JB) sont remontés, notamment depuis l’ouverture de la Turquie cet automne et la dynamisation des exportations vers un certain nombre de pays. On est dans une bonne voie même si les producteurs espéraient sans doute plus et même si beaucoup de choses restent à finaliser et des barrières sanitaires à lever vers le Japon, la Chine, la Malaisie...». 

De fait, après une période atone, le prix du JB français (classé U, entrée abattoir) a atteint un niveau historique à 3,99 €/kg carcasse début novembre (et plus de 4,30 € pour le JB italien charolais catégorie 1 à Modène). Soit un différentiel de +13% (de l’ordre de + 65 à + 70 cts € / kg) par rapport à la même période 2010. Des cours fouettés par la demande de la Turquie qui, selon les opérateurs français, aurait acquis au moins 25000 bovins entre septembre et octobre. Sur le marché des femelles, le sourire est aussi de mise avec l’appel d’air créé par la demande de JB à l’export qui tire les prix vers le haut : 3,25 €/kg carcasse pour les vaches R (entrée abattoir) début novembre, soit près de 10 % de plus qu’il y a un an.

Quant au marché du broutard, il s’est exporté sur les neuf premiers mois de l’année 10 % de plus de veaux que sur la même période 2010. Et malgré la stabilité des envois en direction du partenaire historique transalpin et une offre plus étoffée ces dernières semaines du fait de la décharge des herbages, les cours restent supérieurs de 6% (2,72 €/kg les veaux limousins U de 300 kg fin octobre) à ceux de l’automne 2010 du fait d’une pression moindre sur les prix, liés aux cours élevés des JB.

Pourquoi se priver ?

L’effet levier de l’export pays tiers a donc joué à plein donnant raison à des éleveurs dont d’aucuns ont souvent raillé l’inculture économique... D’autant que cette dynamique s’est accompagnée - non sans soubresauts - de la naissance du Gef, le groupement pour l’export français viande, bétail et génétique, que vient de rallier Coop de France. «Un outil indispensable», insiste Dominique Langlois, pour qui l’enjeu est de «relancer la croissance de l’élevage français et d’accompagner l’ensemble de la filière pour pénétrer durablement les marchés les plus importants».

Maghreb, Turquie... ces «pays tiers» si actifs cet automne sont-ils juste des marchés d’opportunité ou de réels débouchés pérennes ? «Pouvez-vous me donner l’évolution du cours du pétrole ou celle du dollar dans un mois?», répond Laurent Trémoulet, responsable de la Société d’exploitation du parc à bestiaux (Sepab), leader européen du transit et du stockage de bétail, installé au port de Sète. «Ce que je sais par contre c’est que la forte augmentation du nombre de marchés ouverts est une vraie chance pour nos éleveurs, qui sont ainsi mieux armés pour faire face à de prochaines crises». «Heureusement que ces marchés sont là !», conforte Dominique Langlois.

«Ce qui s’est passé sur la Turquie est une très bonne chose, ça a permis de dégager des animaux, de faire augmenter les cours et de déverrouiller le marché, mais ce sont des marchés complémentaires du marché italien qu’on ne peut jeter en pâture comme on le fait un peu trop aujourd’hui», nuance Frédéric Largarde, d’Eurofrance, tout en reconnaissant que les ateliers italiens sont désormais pleins à 80 % toute l’année et n’ont donc la place de rentrer que du renouvellement. Un argument de plus pour continuer de tisser la toile d’une diversification des débouchés des bovins français et garnir un peu plus le gâteau d’anniversaire des éleveurs jusqu’alors bien sec...

Sources : Institut de l’élevage.

L’horizon se dégage pour les éleveurs

Trois questions à Jean-Paul Thenot, président de la section bovine de l’UDSEA du Puy-de-Dôme

L’embellie des cours de la viande enregistrée depuis quelques semaines profite-t-elle aux producteurs du Puy-de-Dôme ?

Bien entendu, les éleveurs du Puy-de-Dôme sont eux aussi concernés par la hausse des cours du marché de la viande. Une hausse que nous constatons déjà depuis plusieurs semaines et qui permet aux producteurs du département de relever la tête après de longs mois sans horizon. Aujourd’hui, les clignotants sont au vert pour doper le marché. Parmi ceux-ci, l’ouverture à l’export vers des pays du Maghreb. C’est un petit débouché par rapport à l’Italie, mais il permet de dynamiser les échanges et de maintenir des cours à bon niveau. L’embellie est d’autant plus rassurante qu’elle bénéficie à toutes les races ; à la différence près que la hausse des cours est plus marquée pour les vaches laitières de réforme et les salers que pour les charolais et aubrac.

Aujourd’hui, nous sommes à 0,50 € du kg vif en salers contre 0,23 € en charolais.

 

La mobilisation des producteurs devant les établissements Bigard a-t-elle été l’élément déclencheur de cette revalorisation des cours de la viande ?

L’action que nous avons menée devant chez Bigard il y a tout juste un an a permis effectivement aux pouvoirs publics de prendre conscience des réelles difficultés de la filière et du marché de la viande. Ce fut aussi l’occasion de sensibiliser nos décideurs sur les ouvertures possibles à l’export, et sur le rôle qu’ils avaient à jouer pour mettre les opérateurs en ordre de marche. Aujourd’hui nous subissons encore quelques aléas de mise en route, mais les choses se calent et les éleveurs s’y retrouvent en matière de prix. Je les mets quand même en garde contre l’attitude de certains opérateurs sur le terrain qui maintiennent la pression et tentent d’acheter au plus bas prix les animaux, malgré la conjoncture favorable du marché. Leur attitude est injustifiée ; en effet, il y a aujourd’hui plutôt moins de marchandises dans les fermes et nous n’arrivons pas encore à honorer tous les contrats avec les pays du Maghreb.

 

Cette ouverture à l’export est une bouffée d’oxygène pour les éleveurs ?

Oui c’est évident. Nous avons attendu longtemps cette amélioration des cours ; et nous nous sommes battus pour cela. Aujourd’hui nous profitons de cette situation favorable. Mais ce sont des marchés qui restent fragiles. Nous devons donc être vigilants sur les moindre signes de changement, notamment sur le plan sanitaire afin d’éviter une suspension éventuelle des exportations, et sur les décisions politiques que nous ne maîtrisons pas.

Propos recueillis par C.Rolle

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole