Aller au contenu principal

VENDANGES
Belles couleurs, bonnes odeurs, bon augure !

Les récoltes devraient se clôturer ce week-end avec un premier bilan plutôt satisfaisant.

Grappes de raisin

Après avoir frissonné tout l'été, les vignerons et viticulteurs puydômois retrouvent des couleurs. Les vendanges devraient se terminer ce week-end et le premier bilan laisse présager d'une récolte sauvée voire même "exceptionnelle" pour certains.

Le tournant du 15 août

À l'heure où ces lignes sont rédigées, près de 70% du vignoble puydômois a été vendangé. Le premier bilan quantitatif est d'ores et déjà qualifié "de superbe année" par Gilles Vidal, président de la Fédération viticole du Puy-de-Dôme. Même David Pélissier, vigneron à Boudes dont certains ceps "séchaient sur place sous l'effet de la sécheresse" estime que cette année "sera un bon millésime".
Les vignerons et viticulteurs puydômois ont pourtant eu leur lot de sueurs froides durant la période estivale. Les fortes chaleurs et le manque d'eau, dès le mois de juin, ont pénalisé la croissance végétative des vignes. Sur les coteaux superficiels de Boudes, au sud du Puy-de-Dôme, "certaines vignes n'avaient pas plus de 25 à 30 cm de feuillages contre deux mètres habituellement". L'intensification de la sécheresse n'arrangeait rien à l'affaire et laissait déjà entrevoir le pire "nous avons craint de ne pas avoir de raisin".
Les orages du 15 août ont été salvateurs. "Nous avons eu une chance inouïe (...) nous sommes bénis des Dieux " souligne Gilles Vidal. Dès lors, les vignerons et viticulteurs puydômois ont constaté "une explosion" des grappes. Les raisins se sont gorgés d'eau avant le retour du soleil et des chaudes journées. "Ils n'ont pris que de la qualité depuis." Ils attendent désormais la fin des vendanges pour dresser un bilan définitif de cette saison.

Chez les vignerons, les premières vinifications débutent

Dans sa cave, David Pélissier lutte avec les levures "elles ont été fragilisées par les dernières chaleurs, ce ne sont pas des athlètes de haut niveau !". Le vigneron est toutefois satisfait "les jus ont une belle couleur et une bonne odeur". Rendez-vous dans quelques mois pour savoir si le vin est bon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole