Aller au contenu principal

Année compliquée pour le tabac

La récolte de tabac a débuté dans le Puy-de-Dôme après avoir souffert des fortes chaleurs et du manque d’eau.

La récolte du tabac a débuté il y a près de deux semaines dans le Puy-de-Dôme avec des rendements très hétérogènes suivant les secteurs et la conduite culturale.

Les premières récoltes de tabac ont débuté il y a une semaine avec plus de sept jours d’avance. Si, à cette heure, le rendement des premières parcelles est satisfaisant, il n’en sera pas ainsi pour beaucoup d’autres. Les 59 hectares de tabac du Puy-de-Dôme ont souffert des fortes chaleurs et du manque d’eau. Le développement des plantes a été fortement impacté laissant d’ores et déjà présager quelques ennuis au séchage d’après Stéphanie Seguin, technicienne du syndicat des planteurs de tabac du Puy-de-Dôme.

 

Un été préjudiciable

Comme pour beaucoup de cultures, la saison 2015 a été préjudiciable au tabac. Dès la plantation au mois de mai dernier, les jeunes pieds n’ont pas bénéficié de conditions optimales à leur développement. Cela s’est traduit par une moindre croissance racinaire qui a eu des conséquences majeures quelques semaines plus tard. « Lorsqu’il a commencé à faire très chaud, les tabacs ont été rapidement en stress hydrique du fait des racines peu profondes. Le manque d’eau n’a pas permis aux feuilles de se développer convenablement. Elles sont restées fines, petites et peu nombreuses. Habituellement, un pied de tabac compte en moyenne 18 feuilles d’environ 70 cm de long. Cette année, la moyenne est plutôt entre 10 et 15 feuilles et d’une longueur de 30 cm. Seuls les planteurs qui ont pu arroser ont sauvé leur production» explique Stéphanie Seguin.

Récoltes très hétérogènes

Les récoltes de tabac devraient se poursuivre durant plus de deux mois avec des rendements très hétérogènes suivant les secteurs. Dans les terres légères, la récolte semble particulièrement compromise d’après la technicienne. « Il y a toujours un décalage dans les récoltes, mais cette année, ils sont importants car certaines parcelles ont eu plus d’eau que d’autres. Sans eau, les feuilles ne se développent pas. De plus, les plantes n’absorbent pas l’azote correctement. Les producteurs se retrouvent alors avec des feuilles de tabac très vertes sur le haut et moins sur le bas. Au séchage, ces tabacs risquent de ne pas avoir une couleur homogène.»

Une situation que Christophe Fournier, agriculteur à Thuret, a tenté de limiter en irriguant sa parcelle de tabac. « Près de 70% de ma surface est en culture de printemps. J’ai privilégié l’irrigation du tabac par rapport au maïs consommation parce qu’il y a une meilleure valeur ajoutée. »

Premier producteur à récolter, bien d’autres ont suivi les jours et semaines suivantes.

A la recherche de planteurs

Malgré des progrès importants dans l’automatisation des travaux, la culture du tabac a encore bien du mal à séduire. La coopérative Périgord Tabac offre toujours la location des séchoirs pour les nouveaux producteurs et prend en charge les frais financiers (intérêts des emprunts) dans la limite de 25 000€ pour ceux qui réalisent des investissements. Les nouveaux planteurs pourront également bénéficier d’une filière tabacole forte de son expérience. Le syndicat des planteurs et la Cuma tabacole assurent le soutien et suivi technique.

De plus, une forte demande d’un industriel américain pour du tabac Virginie Bio voit le jour. Une opportunité à saisir selon Stéphanie Seguin et qui pourrait attirer de nouveaux producteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole