Aller au contenu principal

Angélique Delaire, administratrice de la Fédération Nationale Bovine et membre du conseil d'Interbev section veaux de boucherie

Pour Angélique Delaire présente à La Baule : «L’état des lieux de la filière, les rencontres avec les acteurs et visiteurs internationaux ont donné lieu à un florilège d’idées novatrices qu’il serait bon de creuser»

Que retenez-vous de ce symposium ?

Beaucoup de questions ont été posées durant deux jours et toutes n’ont pas trouvé de réponse. De nombreuses idées ont été émises par les différents acteurs pour faire évoluer et progresser notre filière. Il faudrait un après symposium pour travailler ensemble sur les différents aspects évoqués et faire que ce rendez-vous ait une suite. Ensuite, en tant qu’éleveuse de veaux, je trouve qu’il est gratifiant de rencontrer toutes ces personnes, françaises et étrangères, qui gravitent autour de notre production.

 

La relance de la consommation de viande de veau a été, semble-t-il, au cœur des débats ?

C’est la première préoccupation de la filière. Il apparaît clairement qu’aujourd’hui, les consommateurs veulent des produits répondants à leurs exigences. Durant le symposium, François Mulette, artisan boucher et meilleur ouvrier de France, nous a montré à quel point il était facile et rapide de cuisiner le veau. Le tout est d’avoir un produit adapté et la filière travaille à cela depuis plusieurs années. Nous avions créé un partenariat avec les bouchers pour proposer des hachés de veaux. Les clients étaient conquis au point de faire l’impasse sur le haché de bœuf. Maintenant, pourquoi ne pas proposer des émincés, des carpaccios ?

 

L’image qu’ont les consommateurs de cette viande semble également avoir une grande importance dans leurs habitudes d’achat ?

La viande de veau est perçue comme un produit de fête, au même titre que les huîtres par exemple, alors qu’elle peut être cuisinée tous les jours. Seuls les consommateurs de plus de 50 ans achètent régulièrement de la viande de veau. Le prix peut-être un frein mais c’est surtout, encore une fois, le produit qui n’est pas adapté à la demande. Les paupiettes, la blanquette… sont accessibles financièrement mais demandent beaucoup de préparation. Notre communication sur la viande de veau sera bien plus efficace lorsque le produit correspondra aux exigences du consommateur.

 

Ce dernier est d’ailleurs de plus en plus attentif aux conditions d’élevage. La question du bien-être animal est-elle également une priorité pour la filière ?

Oui et cela l’a toujours été malgré ce qu’en disent certains ! Tous les éleveurs le savent, un animal bien traité est un animal qui est en meilleure santé et qui produit plus. Nos méthodes de travail vont dans ce sens sans oublier le confort de l’éleveur. Les nouvelles technologies nous apporteront sans nul doute des réponses adaptées à nos conditions et exigences de travail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole