Aller au contenu principal

Alt. 1886 : Un premier contrat qui ouvre les portes du Sud

Un an après la création de l'association Valomac, un premier contrat tripartite entre éleveurs, transformateur et distributeur a été signé au Sommet de l'Elevage. Les premières barquettes de viande estampillées « alt.1186 » seront commercialisées début novembre à Mende et Lodève.

4 octobre 2019 au Sommet de l'Elevage. Il y avait de l'émotion dans l'air, mêlée à la satisfaction de démarrer une belle aventure. Devant un parterre d'élus, de responsables professionnels, d'opérateurs de la filière viande du Massif central, les acteurs de l'association Valomac porteuse de la marque « alt. 1886 : les viandes du Massif » ont écrit un premier chapitre déterminant pour leur avenir. « Il y a un an, nous avons décidé de transformer nos spécificités en opportunités en surmontant nos préoccupations individuelles pour construire une marque porteuse de valeurs », a résumé Olivier Boulat, président de la FDSEA de la Lozère, membre du collectif Valomac. Un an plus tard, le premier contrat tripartite entre éleveurs, transformateur et distributeur a donc été signé. Ce contrat engage l'association Valomac, le transformateur local Languedoc Lozère Viande (filiale du groupement de producteurs Celia) et le distributeur Système U.

En rayon début novembre

Très concrètement, à partir de début novembre, la commercialisation de barquettes de viande « alt.1886 » va démarrer dans les magasins Système U de Mende et de Lodève. Et si l'essai est concluant, c'est les portes du sud qui vont s'ouvrir à la marque. En effet, Nicolas Bringer, président de Système U Sud, compte bien, à terme, développer la marque sur l'ensemble de ces 280 magasins (voir par ailleurs). Les valeurs qu'elle véhicule sont, selon lui, gages de succès : « authenticité, humanité, qualité sont des attentes de nos clients. Quant à la rémunération au juste prix, c'est la stratégie portée par Système U depuis bien longtemps ». En effet, si on ignore pour le moment les volumes en jeu, une chose est sûre, la marque rémunèrera chaque acteur selon ses coûts de production. Cette répartition équitable de la valeur ajoutée est d'ailleurs un principe fondateur inscrit dans les conditions d'utilisation.

Un cas concret de la loi Egalim

« Cet accord préfigure les relations commerciales nouvelles dans la filière post loi Egalim. Demain, il faudra aller plus loin pour que tous les produits mis en rayon soit Ega compatibles avec un retour légitime aux producteurs », a insisté Benoît Julhes, président de Valomac. Pour Gilles Paulet, éleveur et président de Languedoc Lozère Viande, « il est essentiel de recréer du partenariat entre tous, pour qu'enfin les éleveurs ne soient pas toujours la variable d'ajustement ». Un sentiment partagé par André Veyrac, président de la coopérative Celia : « En rétablissant l'équilibre, cette marque est une machine qui donne confiance à tous les acteurs impliqués ». L'enjeu est évidemment aussi de (re)donner confiance aux consommateurs, et pour Benoît Julhes, cela tient en une formule « revenir à l'essentiel avec des produits vrais, bons et naturels, qui contribuent aux équilibres environnementaux et territoriaux, tout en permettant à ceux qui font la filière de vivre au pays ».

Sophie Chatenet

Pourquoi « alt.1886 » ?

Le nom fait référence au Puy de Sancy, étendard du Massif central, qui culmine à 1886 mètres d'altitude.

Système U : un premier pas plus que symbolique

La coopérative Système U accroît son rayonnement sur tout le sud de la France à raison de 25 000 m² nouveaux chaque année. De Bordeaux à Menton, elle dispose de 280 magasins. C'est dire, si en mettant un pied dans le réseau, la marque alt.1886 a déjà fait un pas de géant. Si des négociations sont en cours avec d'autres distributeurs, pour le moment rien est acté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Le ministre de l’Agriculture à l’écoute des éleveurs
A l’occasion de sa visite dans le Puy-de-Dôme, vendredi dernier, Julien Denormandie a rencontré les responsables professionnels…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole