Aller au contenu principal

« alt. 1886 », le nouvel étendard des viandes du Massif central

Portée par les éleveurs et les transformateurs du Massif central, la marque « alt. 1886, les viandes du Massif » a été officiellement lancée au Sommet de l’élevage.

Passage de témoin entre Tony Cornelissen, président du Sidam, structure à l’origine du projet avec la Copamac, et Benoît Julhes, désormais président de la nouvelle marque.

Salle comble, vendredi au Sommet de l’élevage, pour le lancement de la marque « alt. 1886, les viandes du Massif ». Devant un parterre d’élus, de représentants de l’Etat(1), de responsables professionnels, d’acteurs économiques du grand Massif central, ont été dévoilés les contours d’une démarche qui se veut plus singulière qu’une simple marque(2). Dans un contexte de cours de la viande chaotique, d’aléas climatiques à répétition, d’attaques sociétales souvent blessantes, mais conscients du rôle central joué par l’élevage et les filières agro-alimentaires sur les territoires du Massif central, en matière de création de richesses, d’emplois, d’environnement, d’aménagement du territoire, les professionnels du secteur de la viande se sont mobilisés et ont choisi de travailler ensemble pour imaginer un modèle économique vertueux valorisant leur production. « D’emblée, l’idée a été de mettre en avant l’élevage à l’herbe, l’ADN de notre territoire du grand Massif central qui constitue la plus grande prairie d’Europe », se souvient Bruno Dufayet, éleveur cantalien, président de la fédération nationale bovine (FNB), très investi dans le projet. Au fil des enquêtes consommateurs réalisées en partenariat avec l’ADIV, à l’authenticité de l’élevage à l’herbe s’est vite greffé le besoin d’offrir des garanties en matière de qualités organoleptiques des viandes, de bien-être animal et de rémunération des producteurs.

L’importance du collectif


Et puis, il a fallu convaincre. Les transformateurs, les abatteurs, les industriels du bien-fondé d’une démarche en phase avec l’esprit des États généraux de l’alimentation dont l’ambition est résumée par Patrick Bénézit, président de la Copamac : « une juste rémunération pour tous les maillons de la filière ». « C’est la somme des actions de tous les acteurs de la filière bovine qui a fait la réussite du projet », estime Tony Cornelissen, président du Sidam, à l’origine du projet, avec la Copamac. Pas de valorisation sans éleveurs, pas de valorisation sans transformateurs et sans abatteurs. « Et pas de valorisation surtout sans adhésion du consommateur et partage de valeurs », précise Hervé Puigrenier, abatteur et transformateur dans l’Allier. Afin de mettre en musique toutes ces allégations, les acteurs des filières se sont engagés dans un projet de recherche et développement. Ce travail s’est concrétisé en septembre 2018 par la création de l’Association VALOMAC et le dépôt de la marque collective « alt. 1886 » pour la valorisation des viandes du Massif.

Quelles sont les garanties de la marque ?


« alt. 1886, les viandes du Massif » est donc une marque collective responsable et solidaire. Le cahier des charges, certifié par un organisme indépendant, repose sur des principes simples et précis. Des exploitations qui travaillent au rythme de la nature à travers l’adhésion à la charte des bonnes pratiques d’élevage. Il est nécessaire d’avoir au moins 75 % de la surface de l’exploitation en herbe, que la taille d’exploitation soit limitée à 100 vaches nourrices par travailleur, que l’alimentation des animaux soit sans OGM. Les animaux doivent être de race allaitante et les croisements issus de ces races. Au-delà de son engagement pour une production responsable, les acteurs de la marque « alt. 1886» se sont engagés pour une juste répartition de la valeur ajoutée, c’est-à-dire la rémunération de chaque acteur selon ses coûts de production. Ce principe est inscrit à la fois dans le règlement d’usage de la marque, les statuts de l’association et dans les contrats tripartites.

Pourquoi 1886 ?


Au cœur du Massif central, il existe un point culminant, le Puy de Sancy qui culmine à 1886 m. « Par ce choix, les adhérents ont souhaité rendre ses lettres de noblesse à la consommation de viande bovine pour offrir un moment de plaisir et de convivialité au consommateur en répondant à ses exigences de saveur, d’authenticité et d’acte d’achat citoyen », explique Benoît Julhes, président du conseil d’administration de la nouvelle marque. Prochaine étape pour «alt. 1886, les viandes du Massif» : la commercialisation auprès des réseaux de distributions, des grandes surfaces essentiellement. « L’objectif est d’avoir des produits en rayon dès le printemps 2019 », poursuit Benoît Julhes, « avec des prévisions de commercialisation de l’ordre de 300 Tonnes équivalent carcasse dès la première année pour arriver à 2 500 Tonnes ec/an d’ici 2023 ».


Sophie Chatenet


(1) Le projet est accompagné par des fonds issus de la convention de Massif central.
(2) Les membres fondateurs de la marque sont : la Copamac-Sidam, la FRSEA Massif central, l’ARIA Auvergne Rhône-Alpes, Coop de France Auvergne Rhône-Alpes et Elvea Sud Massif central.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Cédric Mandin est éleveur en Vendée. Il est secrétaire général de la  Fédération nationale bovine.
« Eleveurs, retenez vos animaux pour peser sur les prix »
Malgré un bon niveau de consommation et d’export, les prix payés aux producteurs de viande bovine n’augmentent pas. Pour faire…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Denis Aubert, président de la société laitière de Laqueuille, entouré par le sénateur Laurent Duplomb et le président de Sodiaal, Damien Lacombe.
« Le consommateur doit payer la valeur du produit qu'il achète »
La crise sanitaire n’a pas épargné la société laitière de Laqueuille dont le chiffre d’affaires a chuté de deux millions d’euros…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole