Aller au contenu principal

Agriculture et environnement au coeur du Parc des Volcans d'Auvergne

Le syndicat mixte du Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne se positionne aux côtés des agriculteurs au travers de ses missions d'animation et d'accompagnement.

Le Parc des Volcans d'Auvergne accompagne les éleveurs ovins en race Rava dans la valorisation de leurs productions.

Depuis 1977, le syndicat mixte du Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne anime, coordonne et accompagne les acteurs de son territoire dans leurs projets collectifs et/ou individuels. Son objectif est de favoriser l'appropriation du territoire, guider et encourager les initiatives locales et accompagner un maximum de projets à forte plus-value.

«Avec une SAU de 230 000 ha dont 95% en herbe, 3 000 exploitations et un vaste domaine pastoral, l'agriculture constitue un élément majeur de ce territoire» explique le président François Marion. « Les surfaces en herbe et notamment les prairies permanentes sont une richesse patrimoniale très importante au niveau économique, environnemental et paysager » poursuit le directeur, Aurélien Bazin. Une richesse que le syndicat mixte du Parc des Volcans entretient avec ses partenaires, notamment les agriculteurs.

Bientôt un Plan Pastoralisme Territorial

Occupant plus de 25% du territoire, soit près de 100 000 ha, le pastoralisme est une activité dominante dans les zones d'altitude. Essentielle au dynamisme économique du territoire, elle doit être confortée. C'est donc dans cette optique que le syndicat mixte, en partenariat avec Auvergne Estives, travaille sur l'élaboration d'un Plan Pastoralisme Territorial (PPT). Le projet va être conduit en trois phases : de mai à septembre 2020, une enquête pastorale sera réalisée à l'échelle de l'ensemble des Massifs pastoraux du territoire en vue de l'élaboration d'un diagnostic et d'un plan d'actions 2021-2026. Celui-ci sera ensuite déposé à la Région AuRA en juin 2021, avant d'être mis en oeuvre sur le terrain. « L'objectif du Plan Pastoralisme Territorial est de capter des financements pour améliorer les conditions de l'activité, mieux organiser les estives, inciter au collectif, concilier les usages sur les espaces, aménager des points d'abreuvement etc... Le but étant de conforter une activité économique emblématique du territoire » détaille Eve Alcaïde, responsable du pôle activités économiques. Les estives concentrent des enjeux économiques, paysagers et touristiques ; le PPT devrait ainsi permettre aux éleveurs d'augmenter la ressource fourragère de leurs élevages, constituer des stocks fourragers pour l'hiver et sécuriser les périodes de sécheresse, tout en favorisant le maintien de paysages ouverts et entretenus. « En Auvergne, le Parc des Volcans est le premier territoire à porter ce type d'opération » souligne E.Alcaïde.

Jouer la carte de l'environnement

Dans le cadre de sa mission d'accompagnement, le Parc des Volcans fait également de l'animation agro-environnementale en lien avec la préservation des ressources et l'adaptation aux changements climatiques. En partenariat avec la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, l'EDE, des journées techniques sont proposées aux agriculteurs sur différentes thématiques. « Il s'agit de les aider à adopter des pratiques favorables à la préservation de la ressource en eau, à mieux gérer la production, le stockage et l'utilisation des effluents organiques mais aussi à optimiser la fertilisation des parcelles pour éviter le lessivage. Nous accompagnons également les actions visant à préserver ou restaurer les zones humides et les abords des cours d'eau » décrit Cécile Birard, responsable du service préservation et valorisation des patrimoines naturels du Parc. Des opérations pilotes de récupération des eaux pluviales sur les bâtiments agricoles sont également programmées dans le Contrat vert et bleu du Parc des Volcans qui se mobilise par ailleurs sur de l'accompagnement technique et la recherche de financements pour les éleveurs qui souhaitent mettre en place des aménagements agro-pastoraux préservant les ressources en eau (point d'abreuvement déporté par exemple). Cécile Birard mentionne par ailleurs qu'entre 2014 et 2018, les MAEC (Mesures Agro-Environnementales et Climatiques) portées par le Parc ont permis de « mobiliser près de 6,3 millions d'euros au profit de 227 exploitations agricoles qui se sont engagées à respecter des pratiques favorables à la diversité floristique ou à la préservation/restauration des milieux aquatiques. »

Toujours dans sa mission d'animation et d'accompagnement, le Parc des Volcans oeuvre en faveur des races locales, notamment la ferrandaise dont l'association de sauvegarde est en train d'acquérir son autonomie en se dotant d'une animation autonome. « Par ailleurs, nous nous sommes progressivement retirés de la gestion associative des associations Tradition Salers et du Cheval d'Auvergne afin de nous repositionner davantage sur l'accompagnement et la valorisation des savoir-faire et des productions issus de ces races » indique Eve Alcaïde.

ELEVE : Eleveurs-Vétérinaires-Environnement

Le projet ELEVE a été lancé en 2014 en partenariat avec des structures d'animation de sites Natura 2000 et le Groupement technique vétérinaire d'Auvergne. Objectif : développer et proposer aux agriculteurs et aux vétérinaires des actions de traitements parasitaires plus raisonnées et moins nocives pour l'environnement. « Ente 2018 et 2019, 54 élevages et 22 vétérinaires ont été suivis. Sur les 54 élevages, 10 ont réduit leurs traitements, 4 ont augmenté et 21 sont proches de zéro » précise Cécile Birard responsable du service patrimoines naturels au Parc des Volcans. Une opération plutôt positive qui est reconduite à la demande des éleveurs et des vétérinaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole