Aller au contenu principal

Chasse
« Agriculteurs et chasseurs sont partenaires sur le terrain »

Les chasseurs du Puy-de-Dôme entendent faire reconnaître leurs efforts dans la gestion des populations, la maîtrise des dégâts et le maintien de bonnes relations avec le monde agricole.

Gérard Renard, président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, participait aux travaux de l’assemblée générale de la Fédération départementale des chasseurs aux côtés de Dominique Busson et Alain Tridon, DDT

A l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération des chasseurs du Puy-de-Dôme, il a été beaucoup question du sanglier dont les dégâts ont été multipliés par 3,5 par rapport à l’année dernière. Un triste record qui tend à cristalliser les relations entre les chasseurs et les agriculteurs, mais contre lequel la Fédération départementale ne cesse de lutter afin de préserver l’équilibre agro-cynégétique. « Agriculteurs et chasseurs sont partenaires sur le terrain. Nous multiplions les réunions avec la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme et la direction départementale des territoires pour faire le point et trouver des solutions » explique Dominique Busson.

Le président de la Fédération insiste d’ailleurs sur les efforts engagés par les chasseurs mais trop souvent « dénigrés par les agriculteurs ». Parmi ces efforts, Dominique Busson cite : l’augmentation des prix des bracelets et du timbre gros gibier pour abonder l’enveloppe d’indemnisation des dégâts sur le prochain budget, « cette année, nous avions prévu 130 000 € d’indemnisation, nous en sommes à 400 000 €». La distribution de bracelets supplémentaires en fonction des secteurs ; la participation financière des territoires de chasse en complément de l’indemnisation (selon l’étendue des dégâts par secteur) ; la mise en place d’un plan de prélèvement pour une gestion plus raisonnée ; ou bien encore, l’intégration des jeunes sangliers au plan de chasse. Il souligne aussi les efforts des chasseurs en matière de prévention contre les dégâts du sanglier via la pose de clôtures, la remise en place des mottes ou le re-semage des prairies.

« Je comprends le ras-le-bol des agriculteurs qui voient leurs prairies retournées et leurs cultures saccagées. Mais c’est ensemble que nous trouverons des solutions, en respectant les règles»

Dominique Busson fait référence à deux points essentiels sur lesquels se nourrissent les tensions avec les agriculteurs.

Le premier concerne le plan de chasse et les battues administratives dont les existences dépendent non des agriculteurs, mais du Préfet, sur proposition de la fédération des chasseurs, en lien avec les agriculteurs.

Le second porte sur l’indemnisation des dégâts. Il rappelle que les tarifs sont fixés par une commission nationale dans laquelle siègent les agriculteurs ; cette commission définit un prix mini et un prix maxi, « la fédération du Puy de Dôme a toujours validé le prix maxi » précise le président des chasseurs. Présent au conseil d’administration de l’Udsea le 16 mai dernier, Dominique Busson a tenu ainsi à marquer la volonté de dialogue entre agriculteurs et chasseurs.

A l’invitation du président Claude Raynaud, le président de la fédération des chasseurs du Puy-de-Dôme, Dominique Busson, était invité à rencontrer les administrateurs de l’Udsea . En introduction il rappelait la nécessité de « continuer à travailler ensemble » pour « trouver des terrains d’entente » et résoudre le problème des dégâts de sangliers, « un problème général qui touche l’ensemble du territoire français». Dominique Busson présentait les nombreuses mesures que les chasseurs vont prendre pour tenter de contenir les populations de sangliers. Parmi celles-ci, Claude Raynaud, rappelait l’importance de fixer dès le début de la saison de chasse des objectifs de prélèvements significativement supérieurs au niveau de prélèvement de la saison dernière.

J.K.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Le ministre de l’Agriculture à l’écoute des éleveurs
A l’occasion de sa visite dans le Puy-de-Dôme, vendredi dernier, Julien Denormandie a rencontré les responsables professionnels…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole