Aller au contenu principal

Laiterie Garmy
Affaire Garmy : état d’urgence pour les exploitations

La mise en redressement judiciaire de la société Garmy n’arrange pas la situation des producteurs obligés de vendre à perte leur lait et confrontés à de grandes difficultés de trésorerie.

Sabine Tholoniat et Denis Guérin dénoncent «une mauvaise gestion» de la part des dirigeants de la laiterie Garmy et «une responsabilité de l’actionnariat familial» dans ce déclin.

C’est un véritable drame qui se joue en ce moment autour de la laiterie Garmy. Voilà plusieurs mois maintenant que les producteurs de lait subissent de plein fouet les erreurs de gestion accumulées depuis des années par cette laiterie familiale thiernoise.

 

Mauvaise gestion

Sans état d’âme, ses actionnaires et dirigeants décidaient il y a six mois de stopper nette la collecte auprès des producteurs de lait de chèvre et d’appliquer de manière unilatérale et sans préavis une diminution du prix d’achat du lait de vache de près de 20 %, afin de gérer la crise qui frappe leur entreprise. Depuis, la direction persiste à multiplier les décisions aléatoires en direction des producteurs, à commencer par le gel des paiements des collectes de lait durant 50 jours. Un comportement jugé inacceptable par l’association des producteurs de lait Garmy, «aujourd’hui nous en sommes à deux mois et demi de lait offert à la laiterie !» s’insurge Sabine Tholoniat, présidente de l’association. «Les trésoreries des exploitants sont plus que tendues, nous sommes tous très inquiets face à un avenir incertain» surenchérit le vice- président, Denis Guérin. Les producteurs dénoncent une mauvaise gestion et un manque d’anticipation de la part de la laiterie, «jamais nous n’avons pu négocier un quelconque prix avec les dirigeants. Tout a toujours été imposé, même lorsque nous avons créé l’association dans le cadre de la contractualisation laitière, aucune discussion n’était possible, explique Sabine Tholoniat. Résultat ? La situation est devenue intenable et on frise le dépôt de bilan des exploitations».

L’ échéance du 30 août

Le 22 juin dernier, la société Garmy a été mise en redressement judiciaire ; un jugement sera rendu le 30 août. Le temps est long pour les producteurs qui souhaitent qu’une solution soit trouvée rapidement et avant l’échéance de fin août. «Nous avons vraiment le sentiment que les dirigeants et les actionnaires de Garmy jouent la montre contre les producteurs et les salariés de la laiterie dont les salaires ont aussi été gelés.» Les producteurs ont le sentiment d’avoir perdu cinq mois de combat et de repartir aujourd’hui à zéro.

En avril dernier, avec le soutien de l’Udsea et de la Fdpl du Puy-de-Dôme, ils manifestaient leur mécontentement à Thiers et devant les locaux de la laiterie. Ils dénonçaient déjà l’attitude irresponsable de la laiterie Garmy dont les propositions se limitaient à réduire le nombre de producteurs collectés ! «Une aberration et un jeu dangereux qui auraient pour conséquence de tuer toute une filière locale qui représente pas moins de 55 actifs (salariés et associés d’exploitations)» met en garde Denis Guérin. «Les dirigeants de la laiterie veulent entraîner dans leur chute les producteurs. Ils nous ont condamnés comme ils ont condamné aussi leurs salariés en refusant d’évoluer, en laissant partir la valorisation du lait et en préférant se rendre dépendants des aléas du marché» indique Sabine Tholoniat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole