Aller au contenu principal

Achat de fourrages : attention à la qualité de votre livraison

Lorsque les fourrages produits sur l’exploitation s’avèrent insuffisants, le recours à l’achat est parfois nécessaire. Zoom sur quelques points de vigilance.

Veillez à la qualité des fourrages que vous achetez pour ne pas pénaliser votre cheptel et votre
production.

En cette année de sécheresse plus ou moins sévère selon les secteurs, les récoltes de fourrages ont été bien moindres que les autres années.

Pour compenser les pertes et reconstituer les stocks hivernaux, qui ont dans certains cas été ponctionnés dès le mois de juillet, les agriculteurs ont recours aux achats de fourrages. Selon les besoins spécifiques de leur cheptel, ils ont le choix entre deux grandes catégories de fourrages : les fourrages secs et les fourrages humides.

 

Les fourrages secs

Parmi les fourrages secs, Patrice Mounier, conseiller spécialisé fourrages à la Chambre d’agriculture de Haute-Loire, distingue les fourrages grossiers à faible valeur alimentaire (le foin de prairies naturelles et les portes graines) et le foin de luzerne, plus riche en azote.

Le foin de prairie naturelle, qui se vend autour de 120e-150e/ tonne, est davantage adapté à des animaux à faible besoin (vaches taries, brebis sans agneau, génisses plus âgées, vaches allaitantes sans veau). Lorsque l’on s’apprête à acheter du foin, le conseiller encourage à porter une attention toute particulière à sa conservation. «Du foin pressé trop humide provoque un échauffement des bottes, ce qui réduit considérablement sont appétence. Mieux vaut alors refuser ce foin» explique-t-il.

Les éleveurs peuvent aussi acheter des portes-graines (du foin de ray grass ou de fétuque) dont le prix est comparable au foin de prairie naturelle.

Quant au foin de luzerne (vendu plus de 200 e/tonne), il faut veiller à sa qualité. «Lorsque ce foin pressé insuffisamment sec fermente en bottes, on parle de foin de luzerne caramélisé. Les bottes prennent une couleur brune et on dit qu’elles sont “caillées“ ou “collées“. Attention, car ce fourrage est très appétent, en raison de son odeur de caramel, mais en revanche, il ne présente aucune valeur alimentaire. Un foin de luzerne caramélisé doit donc être refusé à la livraison».

 

Les fourrages humides

Pour des animaux en production, dont les besoins sont importants (vaches laitières en production, vaches allaitantes avec veau, brebis avec agneau et bovins à l’engraissement), mieux vaut opter pour des fourrages humides, dont la valeur alimentaire est plus élevée. Le fourrage humide le plus fréquemment acheté est l’ensilage de maïs. «Livré en vrac, cette année son prix est compris entre 55 e et 65 e/tonne (soit +10e comparé à une année normale en raison de la sécheresse chez nos fournisseurs : Loire, Puy-de-Dôme, Allier et Ain)» souligne Patrice Mounier.

Là encore, les acheteurs doivent veiller à la qualité du produit qu’ils reçoivent... «Les fortes chaleurs ont pu gêner la fécondation des grains, ce qui aura un impact négatif sur la valeur». Pour éviter ce genre d’écueil, le conseiller invite l’éleveur, dans la mesure du possible, à rendre visite aux parcelles avant l’ensilage.

Notons qu’il est toujours possible de réaliser une analyse d’ensilage, qui nécessitera au moins 15 jours pour obtenir les résultats.

«Lors de la livraison, vérifiez aussi que les bennes ne soient pas en train de chauffer, ce qui nuirait à la conservation du fourrage. Enfin, il faut vérifier le taux de matière sèche (MS) de l’ensilage (le taux doit avoisiner les 30%). Certaines entreprises garantissent un taux de MS minimum, d’autres proposent des contrats d’achat sur un taux de MS minimum».

Dans le cas d’un achat sur pied, il est conseillé de rendre une petite visite à la parcelle pour observer la qualité du maïs en place. Côté prix, un maïs acheté au champ est vendu autour de

30 - 35 e/tonne brut auxquels il faut ajouter le coût de l’ensilage compris entre 3 et 5 e/T brute et le coût du transport. Lorsque l’achat se fait à l’hectare dit «à la bloc», le coût est fonction du rendement estimé (variable de 20 à 50 T).

Les agriculteurs peuvent opter pour d’autres fourrages humides intéressants pour leur valeur alimentaire, c’est le cas de l’ensilage de maïs doux ou de la pulpe de betterave.

Conseils

En cas de non conformité de la marchandise, il faut refuser la livraison.

L’idéal est de disposer d’un contrat engageant le vendeur et l’acheteur.

Toutefois, dans le cadre de telles transactions, la confiance reste primordiale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Claude Font, élu à la FNO en charge du dossier loup
Claude Font : «L’objectif fixé, c’est zéro attaque»
Premières tendances de prédation en 2020, projet gouvernemental de rehaussement du plafond de prélèvement, l’actualité autour du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole