Aller au contenu principal

« 7 min/10 ha », l’application de trichogrammes prend de la vitesse

Semis sous couvert ou épandage de trichogrammes, les drones agricoles diversifient leurs activités et apportent des réponses au manque de main d’œuvre.

L’épandage de trichogramme par drone permet de réduire considérablement les temps d’intervention de cette technique ainsi que le besoin de main d’œuvre.

Les drones agricoles n’en finissent pas de se développer. Après la cartographie parcellaire, les engins volants s’attaquent désormais à l’épandage de trichogrammes et le semis sous couvert. L’entreprise Drone Vision Pro a racheté en 2019 la technologie « Tricho Spray » pour la perfectionner. Fonctionnant initialement sur une simple éjection, Loïc Saura, constructeur, est parvenu à concevoir une triple éjection. Il faut alors un peu moins de 7 minutes de vol au drone pour traiter une parcelle de 10 hectares, à une densité de 100 billes/ha (chacune contient 1 800 trichogrammes ndlr), à raison d’une bille tous les 10 mètres. Comme dans les cartes, chaque capsule contient trois générations de trichogrammes permettant d’échelonner les vols et gagner en efficacité. Côté coût, il faut compter 28€/ha (hors fournitures) pour une surface allant de 1 à 100 hectares. Loïs Saura et son pilote puydômois, Olivier Chevillard, précisent : « les agriculteurs d’un même secteur ou d’un même département peuvent se regrouper pour bénéficier d’un tarif dégressif ». Quant à la réactivité de l’intervention, là encore les deux pilotes assurent pouvoir « répondre rapidement aux sollicitations ».

Les technologies de l’entreprise ne s’arrêtent pas là. Depuis quelques temps, l’entreprise développe également le semis sous couvert.  Là encore, les temps d’interventions font pâlir d’envie puisqu’il faut compter 12 minutes par hectare pour un semi de trèfle-moutarde sous maïs, à une densité de 8 à 10 Kg/ha. En cours d’expérimentation avec l’INRA de Montpellier, les résultats concernant cette technique ne sont pas encore suffisamment exhaustifs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Troupeau de moutons
La filière ovine recrute
Faire naître de nouvelles vocations d’éleveurs ovins est la colonne vertébrale du programme Inn’ovin initié par l’interprofession…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole