Aller au contenu principal

« 7 min/10 ha », l’application de trichogrammes prend de la vitesse

Semis sous couvert ou épandage de trichogrammes, les drones agricoles diversifient leurs activités et apportent des réponses au manque de main d’œuvre.

L’épandage de trichogramme par drone permet de réduire considérablement les temps d’intervention de cette technique ainsi que le besoin de main d’œuvre.

Les drones agricoles n’en finissent pas de se développer. Après la cartographie parcellaire, les engins volants s’attaquent désormais à l’épandage de trichogrammes et le semis sous couvert. L’entreprise Drone Vision Pro a racheté en 2019 la technologie « Tricho Spray » pour la perfectionner. Fonctionnant initialement sur une simple éjection, Loïc Saura, constructeur, est parvenu à concevoir une triple éjection. Il faut alors un peu moins de 7 minutes de vol au drone pour traiter une parcelle de 10 hectares, à une densité de 100 billes/ha (chacune contient 1 800 trichogrammes ndlr), à raison d’une bille tous les 10 mètres. Comme dans les cartes, chaque capsule contient trois générations de trichogrammes permettant d’échelonner les vols et gagner en efficacité. Côté coût, il faut compter 28€/ha (hors fournitures) pour une surface allant de 1 à 100 hectares. Loïs Saura et son pilote puydômois, Olivier Chevillard, précisent : « les agriculteurs d’un même secteur ou d’un même département peuvent se regrouper pour bénéficier d’un tarif dégressif ». Quant à la réactivité de l’intervention, là encore les deux pilotes assurent pouvoir « répondre rapidement aux sollicitations ».

Les technologies de l’entreprise ne s’arrêtent pas là. Depuis quelques temps, l’entreprise développe également le semis sous couvert.  Là encore, les temps d’interventions font pâlir d’envie puisqu’il faut compter 12 minutes par hectare pour un semi de trèfle-moutarde sous maïs, à une densité de 8 à 10 Kg/ha. En cours d’expérimentation avec l’INRA de Montpellier, les résultats concernant cette technique ne sont pas encore suffisamment exhaustifs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Mathieu Peyrat a repris l'exploitation de François Dauphin à Job.
" J'ai eu la chance d'avoir le repreneur sous la main"
Plusieurs journées autour de la cessation et reprise d'exploitation sont organisées dans le Puy-de-Dôme. L'occasion de rencontrer…
Ovins dans une étable
La filière ovine puydômoise à la recherche de repreneurs
Le renouvellement des générations est également un enjeu pour les filières puisqu'il assure le maintien du maillage des activités…
Emmanuel Bernard, Bruno Dufayet et Jonathan Janichon face aux représentants des éleveurs de la région Auvergne Rhône Alpes mardi 16 février à Aubière.
Les éleveurs allaitants mettent la pression sur le gouvernement
 Prix en berne, échec du plan-filière, négociations difficiles de la Pac, indifférence et passivité gouvernementale... Les…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO.
" L’aide couplée ovine est une priorité vitale ! "
Dans le cadre de la réforme de la Pac post-2023, les producteurs ovins revendiquent le maintien de l’aide couplée ovine. Leurs…
Le 17 février, une trentaine d'agriculteurs a répondu présent à l'invitation de la Chambre d'agriculture autour d'une réunion d'information sur la mise en place d’une filière légumes dans le Puy-de-Dôme.
Légumes de plein champ : les prémices de la filière
Le 17 février dernier, la première réunion d'information autour de la production de légumes de plein champ marque le début des…
Vache + saint nectaire
Le Saint-nectaire se met au Bio
La production de lait Bio en AOP Saint-nectaire est encore marginale avec seulement une dizaine de producteurs, mais cela…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole