Aller au contenu principal

Volailles
«45 000 volailles abattues en 2020»

L’Association d’Abattage des Volailles Fermières d’Auvergne (AAVFA) poursuit son développement auprès des éleveurs de volailles du Puy-de-Dôme et de l’Allier.

Association d’Abattage des Volailles Fermières d’Auvergne poursuit son développement

A l’image de nombreuses structures et entreprises, l’association d’abattage des volailles fermières d’Auvergne, a décalé son assemblée générale annuelle 2019. Organisée habituellement à la fin du premier semestre, elle s’est tenue le 15 octobre à Monteignet sur l’Andelot (03). L’occasion pour la vingtaine d’adhérents de l’association de faire le point sur l’activité 2019 de leur abattoir et sur l’année 2020 déjà bien avancée !


Une année d’équilibre


En 2019, 244 clients éleveurs et particuliers du Puy-de-Dôme et de l’Allier ont fait appel au service de l’abattoir. 36 479 volailles ont été abattues dont une grande majorité de poulets (29 870), de pintades (3 743) et de canards (1 343). Viennent ensuite les chapons (932), les dindes (363) et les oies (230). «Ce qui représente 700 volailles par jour d’abattage» précise le président de l’association Julien Rieuf, éleveur de volailles fermières bio à Cusset (03). « C’est notre première année d’activité pleine ; nous sommes satisfaits car elle se termine par un équilibre de l’entreprise et un résultat comptable positif» (+3 700€ ndlr).
L’embellie devrait se poursuivre puisque pour 2020, les signaux sont au vert. En effet du 1er janvier au 30 septembre 2020, l’activité d’abattage marque le pas avec près de 34 000 volailles abattues sur la base de 867 abattages par jour. Et d’ici la fin de l’année, à l’approche des fêtes de Noël, les prévisions devraient porter l’activité à
45 000 volailles sur 12 mois, soit +23 % selon le président Rieuf. «Cette hausse s’explique par la progression des éleveurs qui ont augmenté leurs volumes mais aussi par la récupération de volailles de la Loire, suite à la fermeture temporaire d’un abattoir en raison du covid.»


Des investissements


Près de trois ans après la reprise des établissements Pouzadoux à Monteignet sur l’Andelot, l’Association d’abattage des volailles fermières d’Auvergne est sur les rails du développement. Forte de ses résultats elle a engagé un premier investissement dans l’acquisition d’un outil, récupéré auprès d’un abattoir industriel, pour vider les gésiers. Il est aujourd’hui en cours d’installation.
En fin d’année elle réalisera un deuxième investissement sur l’acquisition d’une effileuse neuve pour la découpe du cloaque et l’aspiration des viscères, « ce qui permettra de réduire la pénibilité de ce poste aujourd’hui exercé manuellement» indique Julien Rieuf. Les deux investissements sont soutenus financièrement par les Conseils départementaux de l’Allier et du Puy-de-Dôme à hauteur de 30% environ. 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Cédric Mandin est éleveur en Vendée. Il est secrétaire général de la  Fédération nationale bovine.
« Eleveurs, retenez vos animaux pour peser sur les prix »
Malgré un bon niveau de consommation et d’export, les prix payés aux producteurs de viande bovine n’augmentent pas. Pour faire…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Denis Aubert, président de la société laitière de Laqueuille, entouré par le sénateur Laurent Duplomb et le président de Sodiaal, Damien Lacombe.
« Le consommateur doit payer la valeur du produit qu'il achète »
La crise sanitaire n’a pas épargné la société laitière de Laqueuille dont le chiffre d’affaires a chuté de deux millions d’euros…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole