L'Auvergne Agricole 07 décembre 2016 à 08h00 | Par C.Rolle

« Sécuriser l’hygiène des produits laitiers fermiers »

Le laboratoire Galilait propose aux producteurs de lait de vache, chèvre et brebis des analyses ciblées pour sécuriser les filières régionales fermières au lait cru.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le domaine des fromages, comme le Saint-nectaire, des contrôles de qualité sont effectués.
Dans le domaine des fromages, comme le Saint-nectaire, des contrôles de qualité sont effectués. - © Jérôme Chabanne

Producteurs de fromages, de produits laitiers et vendeurs directs sont soumis à une réglementation très stricte englobant notamment le contrôle de qualité du lait destiné à la transformation ou la vente en cru. Germes pathogènes et inhibiteurs sont en effet des ennemis jurés contre lesquels ils doivent lutter afin de sécuriser leur production.

 

Des process bien rôdés

Pour les accompagner dans ce suivi quotidien, le laboratoire Galilait propose aux producteurs de lait de vache, chèvre et brebis tout un panel d’outils permettant d’assurer la sécurité et la qualité de leur production. «Nous assurons les analyses des fromages fermiers, des yaourts et laits crus vendus en direct et nous effectuons également la recherche de germes cellules et inhibiteurs dans le lait » explique Franck Chambaron, responsable microbiologie du laboratoire Galilait. Des process de détection bien rôdés et qui permettent ainsi de « sécuriser l’hygiène des produits laitiers fermiers ».

Dans le domaine des fromages, les analyses portent sur la détection de la listéria, salmonelle et staphylocoque à coagulase+. Dans celui de la vente directe ou de la transformation du lait, les recherches sont axées sur la présence de germes, de cellules et d’antibiotiques, conformément à la réglementation.

Le laboratoire assure également la détection d’escherichia coli, de listeria et de salmonelle dans l’ensemble des produits. « Sur la recherche d’antibiotiques, nous réalisons en moyenne chaque année près de 250 000 analyses pour plus de 7 000 producteurs laitiers et fermiers, sur la base de 3 analyses/mois/producteur. En production caprine, cela représente environ 15 000 analyses par an, soit 440 producteurs de chèvres à raison de 3 analyses par mois par producteur » précise le responsable microbiologie de Galilait.

En cas de présence de germes pathogènes, Galilait communique avec le producteur afin que celui-ci puisse agir rapidement et informer la DDPP(1) ; «car notre rôle est aussi d’accompagner les éleveurs dont les analyses ne répondent pas aux critères, indique Franck Chambaron. Mais l’expérience nous montre qu’ils ont des conduites de troupeaux particulièrement bonnes puisque Galilait n’enregistre cette année encore que 0,7% de résultats insatisfaisants».

 

(1) Direction Départementale de la Protection des Populations.

 

Une collecte bien rôdée

 

Rien n’est laissé au hasard dans l’organisation du ramassage des échantillons ! En fin d’année, le producteur adhérent communique à Galilait les analyses dont il aura besoin sur l’année. Dès réception de la demande, le laboratoire adresse alors au producteur les fournitures indispensables (sacs, flacons etc…). «Ensuite, nous établissons un programme de collecte par lieu de dépôt et planifions les dates de dépôt et de ramassage des échantillons » conclut Franck Chambaron.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui