L'Auvergne Agricole 21 juillet 2010 à 10h17 | Par Sophie Giraud

Viande bovine - Les cotations doivent refléter la réalité du marché

La section section régionale bovine a décidé de maintenir la pression des cotations bovines et surveiller de près l’origine de la viande dans les Gms(1).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Lerousseau, éleveur en Creuse (au premier plan) s’est rendu, à plusieurs reprises, à la commission de cotations de Limoges.
Pascal Lerousseau, éleveur en Creuse (au premier plan) s’est rendu, à plusieurs reprises, à la commission de cotations de Limoges. - © DR

Alors que l'offre en viande bovine est loin d'être exponentielle, le manque de viande commençant à se faire sentir sérieusement ici et là et alors que la demande est restée stable, les prix payés aux producteurs sont, depuis quelques semaines, relativement bas. Anormal, selon la section régionale bovine, pour qui les cotations ne veulent plus rien dire. «Elles ne reflètent plus l'état réel du marché», fustige Patrick Bénézit, président de la section régionale. Bien décidés à en découdre avec des chiffres, qui selon la loi de l'offre et de la demande devraient monter, les éleveurs comptent bien reprendre le pouvoir dans les commissions de cotations et regarder de près ce qui se passe aussi dans les grandes et moyennes surfaces (Gms).

Veille dans les magasins

« En effet, face à une offre insuffisante et pour éviter d'augmenter les prix, les Gms n'hésitent pas à faire appel à l'import, au risque de se mettre en faute par rapport aux normes européennes », explique Patrick Bénézit. La semaine dernière, des éleveurs du Cantal ont d'ailleurs alerté la direction départementale des fraudes, l'invitant à « vérifier » si la viande bovine d'origine brésilienne présente dans les linéaires d'une grande enseigne aurillacoise répondait bien aux mêmes exigences que les normes européennes. Résultat, en quelques heures seulement la viande brésilienne avait disparu des rayons. Les fraudes ne se sont pas déplacées pour rien, puisque la viande de provenance UE, ne mentionnant pas l'origine précise du pays, a elle aussi été retirée. La simple mention « UE» ne suffit pas pour être dans les clous de la réglementation, le pays doit être mentionné, sauf que depuis quelques temps, les Gms semblent avoir pris leurs aises avec ce type de « détail ».
« Ce type d'actions doit être renouvelé dans les départements. Nous devons faire toute la lumière sur des pratiques qui tirent le prix de nos produits vers le bas », estime un éleveur creusois. Si les tarifs de la viande n'augmentent pas, le risque est d'entraîner le prix du broutard à la baisse, et pour les éleveurs pas question
d'imaginer ce scénario. L'heure est donc à la mobilisation.

(1) Grandes et moyennes surfaces

 

 

Qui côte ? Quoi ?

Si dans les semaines à venir les tarifs n'augmentent pas, les éleveurs renouvelleront la suspension des cotations viande bovine. Les commissions de cotations sont composées d'éleveurs, d'abatteurs et de personnels de l'administration (France Agrimer). En Auvergne et en Limousin, les cotations pour le « gras » sont établies par une commission qui se réunit à Limoges. Pour le «maigre », les cotations sont organisées par bassin de race: à Dijon pour le Charolais, à Limoges pour le Limousin et à Clermont-Ferrand pour les Aubrac, Salers et croisés Aubrac-Salers.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui