L'Auvergne Agricole 28 février 2018 à 14h00 | Par Baptiste Arnaud

« Une invitation loin d’être anecdotique »

Baptiste Arnaud, Président JA 63

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © @DR

Pour son « discours à la nouvelle génération agricole », Emmanuel Macron a reçu près de 1 000 jeunes à l'Élysée. S'il a rappelé le rôle essentiel de l'agriculture et sa volonté d'accompagner les jeunes, les actes concrets restent à surveiller, en particulier concernant les accords de libre-échange avec les pays du Mercosur sur lesquels nous sommes loin d'être rassurés ! L’accompagnement à l'installation a aussi fait l'objet d'engagements de la part du président de la République. Le plan d'investissement de 5 mil-liards d'euros servira aussi à l'innovation et la recherche pour accompagner les jeunes et les projets de méthanisation seront facilités. Toutes ces mesures sont des bonnes nouvelles, à condition qu'elles soient correctement appliquées !

Sur la PAC, il souhaite mettre en place des dispositifs de gestion des risques et d'appui aux filières. Mais il a oublié de rappeler que la PAC doit, avant tout, permettre d'accompagner des Hommes et que les soutiens devront donc aussi cibler les véritables actifs agricoles.

En revanche, sur les accords de libre-échange entre l'Union européenne et les pays du Mercosur, le président de la République ne nous a pas rassurés. Certes, il souhaite instaurer une clause de sauvegarde jusqu'en 2024 et d'ici là mettre en place un nouveau dispositif de contrôle européen. Néanmoins, nous n'avons pas de garantie sur les méthodes de production concernant l'environnement, le bien-être animal, ni sur la préservation d'un modèle d'agriculture familial.

Surtout, c’est la manière mise en œuvre pour inviter ces jeunes qui nous déplait. Il a totalement évincé le réseau syndical JA pour s’adresser directement aux préfectures de département. Résultat, impossible d’obtenir des noms de jeunes invités. Ainsi chacun dans son département s’est rendu à l’Élysée, seul, sans pouvoir covoiturer et bien sûr à sa charge ! C’est bien là un bel exemple du mépris qu’a le Président envers le travail que peut réaliser le réseau Jeunes agriculteurs et envers sa légitimité ! Enfin bref, il nous dira qu’il est passé par des canaux « normaux » ! Il a réussi à perturber le paysage politique français, mais il ne réussira pas à bouleverser le syndicalisme agricole. Nous ne pouvons qu’être sensibles à ce qu’un président de la République s’intéresse aux Jeunes agriculteurs, mais quand même offensés que le réseau n’ait pas été associé à la démarche.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui