MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir L'Auvergne Agricole quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
L'Auvergne Agricole 08 janvier 2020 à 15h00 | Par David Chauve, Président de la Fdpl 63

« Une décision d'entreprise avant tout! »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © @DR

À compter du 1er janvier 2020 la réglementation française oblige de réaliser une analyse antibiotiques systématique à chaque passage de votre collecteur de lait. Cette décision a été validée par le collège des coopératives, des industriels privés et des producteurs. Dans l'élan des changements, il a été proposé de faire systématiquement à chaque ramassage des analyses sur les critères MG, MP, cellules et urée.

Ces analyses supplémentaires représentent un coût pour les producteurs à qui aucun retour de valorisation n’est garanti. Dans ces conditions, le collège producteurs du CRIEL Alpes Massif central s'est positionné clairement contre ces analyses supplémentaires en novembre 2019. De fait, le collège producteur (toutes entreprises confondues) n’admet pas que Sodiaal explique à ses adhérents en assemblées de section que c'est une demande des producteurs. Il y a là une vraie ambiguïté qui mérite un éclaircissement. Certes, ces analyses systématiques, MG, MP, cellules et urée ont été demandées par des producteurs mais pas ceux les représentants à l'interprofession régionale laitière mais plutôt ceux les représentants au sein de la coopérative Sodiaal. Par conséquent, je considère que ce n’est rien d'autre qu'une décision d'entreprise qui doit être assumée en toute transparence !

Je pense franchement que les producteurs attendent aussi d'autres initiatives de la part de leur outils économiques, notamment sur les enjeux de valorisation du lait et de la construction des prix permis par les outils législatifs issus de la loi Alimentation.

Alors, même si la partie n'est pas simple avec la grande distribution, Sodiaal se doit d'être à la hauteur des vrais enjeux auxquels est confrontée la filière laitière sur nos territoires de montagne.

D’autres opérateurs ont déjà joué le jeu des producteurs, nous ne devrions pas être amenés à douter de l’état d’esprit originel de la coopération.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui