L'Auvergne Agricole 11 mars 2015 à 08h00 | Par Mélodie Comte

Une année à oublier même pour les EDT

Les EDT du Puy-de-Dôme ont eu une année 2014 mouvementée en raison du climat particulièrement capricieux durant la récolte. 2015 démarre avec un nouveau président à la tête.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La campagne de récolte 2014 a été complexe pour les EDT en raison de la pluie incessante
La campagne de récolte 2014 a été complexe pour les EDT en raison de la pluie incessante - © M. Comte

Réunis le 10 mars dernier à Pont-du-Château, les Entrepreneurs des Territoires du Puy-de-Dôme ont élu un nouveau président. Patrice Grand, après 20 ans de présidence des EDT(1) 63 cède sa place à Eric Alexandre, exploitant à Clerlande. Cette assemblée générale a surtout été l’occasion de revenir sur cette campagne 2014 à oublier.

 

Une campagne compliquée

« Les chantiers de récoltes ont été très complexes avec des fenêtres d’interventions très courtes, des sols lourds détrempés et une clientèle au paroxysme de l’exigence. La pression pour les entrepreneurs a été importante. D’autant plus que nos organismes de collectes ont montré eux aussi des signes de saturation lors des livraisons » témoigne Patrice Grand, le président. Alors pour tenter de satisfaire tous leurs clients, le syndicat des EDT a appelé à la solidarité entre les entreprises durant cette campagne de récolte. Malheureusement, la concurrence a été trop forte pour aboutir à des ententes. « Je le regrette parce que ce comportement ne tire pas les entreprises de travaux agricoles vers le haut et l’excellence. Nous devrions pouvoir être solidaires surtout lors des années comme celle-ci.»

Nouvelle année en demi-teinte

Fort heureusement, les cours stablent voire même à la baisse des énergies, ont permis aux EDT de rentrer davantage dans leurs frais. Cependant, le coût de l’entretien du matériel ne cesse d’augmenter et la suppression de l’exonération sur les travailleurs occasionnels font planer de vives inquiétudes. «Les travailleurs occasionnels sont notre vivier d’emplois. Nous ne pouvons travailler efficacement sans cette main d’œuvre. Nous allons donc continuer à embaucher mais le prix de cet emploi sera répercuté davantage sur les prix des interventions. Je crains que de plus en plus de nos clients aient des difficultés à nous payer. L’année 2014 n’a pas été bonne pour eux avec des qualités de récoltes mauvaises. A cela, il faut ajouter les conséquences de la nouvelle PAC et la diminution des aides.»

Une épine dans le pied des EDT et surtout de leurs clients. Les entrepreneurs de travaux agricoles sont devenus des acteurs indispensables dans les exploitations.

Chaque année, ils récoltent 100% des surfaces de maïs semences, environ 85% des betteraves sucrières, 70% du maïs consommation et 65% des céréales à pailles du Puy-de-Dôme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui