L'Auvergne Agricole 06 juin 2019 à 08h00 | Par Annie Laurie

Un site internet pour signaler les frelons asiatiques

Une plateforme de signalement et gestion en ligne du frelon asiatique en Auvergne-Rhône-Alpes vient d'être lancée. Objectif : mieux lutter contre cette espèce exotique envahissante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le 16 mai au lycée agricole du Valentin à Bourg-lès-Valence (Drôme), la FRGDS(1) Auvergne-Rhône-Alpes a lancé «www.frelonsasiatiques.fr». Il s'agit d'une plateforme pour signaler et gérer le frelon asiatique (Vespa velutina), un redoutable prédateur pour les abeilles. Elle a créé ce site en partenariat avec la Fredon(2) et avec le soutien financier de la Région ainsi que l'appui technique d'une apicultrice du Rhône informaticienne, Cécile Leveaux. Le président de la section apicole régionale, Michel Carton, l'a souligné avant qu'Ericka Demetz, vétérinaire apicole à la FRGDS, se livre à une démonstration de fonctionnement de ce nouvel outil.

Une plateforme et une application

À l’aide de cette plateforme informatique et de l'application mobile frelon asiatique « très intuitive » qui lui est associée dotée d’une fonction de géolocalisation, quiconque peut signaler la présence de frelons asiatiques ou de nids et joindre des informations précises sur ses observations (coordonnées GPS, support et hauteur du nid, proximité avec un site sensible...). Les acteurs du réseau (déclarant, animateur, référent, désinsectiseur ou encore mairie) peuvent ensuite gérer le signalement en interne.

La recherche et la destruction des nids de frelons asiatiques sont aujourd’hui les seuls moyens de limiter l’expansion du ravageur. L’an dernier, la gestion de l’insecte a été particulièrement chronophage et coûteuse. Aussi, ce nouvel outil vise à réduire le temps de gestion des signalements et faciliter leur suivi. Elle permet aussi de centraliser les déclarations et constituer une base de données. Des cartographies sont automatiquement établies pour visualiser les signalements selon leur statut (confirmation de l'espèce de frelon, nid détruit, erreur de signalement…). Afin de sensibiliser le grand public, des pages sont dédiées à la connaissance et à la reconnaissance du frelon asiatique. «Cet outil peut être reproduit dans l'ensemble de la France et sur d'autres problématiques», a confié Érika Demetz. Sa construction a pris un an. 2019 est une phase de mise en place pour cette plate

Ericka Demetz, vétérinaire apicole à la FRGDS) et Michel Carton, président de la section apicole GDS Rhône-Alpes, ont présenté la plateforme de signalement et gestion du frelon asiatique
Ericka Demetz, vétérinaire apicole à la FRGDS) et Michel Carton, président de la section apicole GDS Rhône-Alpes, ont présenté la plateforme de signalement et gestion du frelon asiatique - © APASEC

Financer les destructions de nids

Depuis 2015, un réseau de référents (volontaires) et d’animateurs départementaux a été constitué pour enquêter sur le terrain et repérer les nids. L’animateur, lui, coordonne les actions : il reçoit les signalements, mandate des désinsectiseurs pour détruire les nids de frelons asiatiques... Nouveauté 2019 : une gestion régionale des signalements avec un technicien dédié à cette mission à la FRGDS. Cependant, les référents (actuellement plus de 500 dans la région) et animateurs départementaux demeurent «les piliers de la lutte» contre ce ravageur.

Le coût moyen de destruction d'un nid est de 205 euros (gestion comprise), un chiffre donné par le président de la section apicole du GDS de la Drôme, Bernard Guellard. Pour lui, l'efficacité de la lutte passe par une destruction gratuite pour les particuliers. Donc, «il faut inciter l'administration et les responsables politiques à mettre en place des systèmes pour faciliter son financement». Dans la Drôme, le Département et des EPCI apportent leur soutien (d'autres non) mais aussi la CNR cette année. L'objectif est «de faire baisser la pression», a appuyé Bernard Guellard. Les avancées scientifiques sont «particulièrement attendues» concernant l’amélioration des moyens de recherche de nids ainsi que la mise à disposition de pièges sélectifs et efficaces.

(1) FRGDS : fédération régionale des groupements de défense sanitaire.

(2) Fredon : fédération régionale de lutte et de défense contre les organismes nuisibles.

L'avancée du frelon asiatique

Le frelon asiatique a été introduit en France en 2004 en Aquitaine. En Rhône-Alpes, il a été observé pour la première fois en 2011 dans l'Ardèche. En 2012, un réseau de surveillance a été mis en place dans ce département puis étendu à toute la région en 2013. L'Ardèche et la Drôme sont les départements les plus touchés de la région. Depuis 2016, la population de ce frelon explose, sa croissance est exponentielle. En 2018, le climat s'est révélé très favorable à la fondation et au développement de colonies de frelons asiatiques. Les signalements ont fortement augmenté par rapport à 2017 en Rhône-Alpes : 1 360 nids de frelons ont été trouvés contre 414 en 2017, soit plus du triple, dont 830 en Ardèche et 393 en Drôme (121 en 2017). Dans les départements moins impactés en 2017 - le Rhône, la Loire, l'Isère et l'Ain - le nombre de nids repérés a aussi augmenté. Et la présence du frelon asiatique a été constatée en Savoie pour la première fois l'an passé. En Auvergne (où la mise en place du réseau de surveillance a débuté en 2017), le frelon asiatique est présent dans le Cantal depuis 2007 ainsi que l’Allier et le Puy-de-Dôme depuis 2011. En 2018, ont été signalés 476 nids.

Source : Fredon Auvergne

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui