L'Auvergne Agricole 12 septembre 2018 à 15h00 | Par L'auvergne Agricole

« Un salon des éleveurs pour les éleveurs »

Jacques Chazalet, Président du Sommet de l’élevage

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jacques Chazalet
Jacques Chazalet - © S. Chatenet

Comment se présente cette édition 2018 ?


Les choses s’amorcent plutôt favorablement puisqu’encore une fois nous allons atteindre un nombre record d’exposants en accueillant 1 535 sociétés. La conjoncture agricole est globalement plus favorable même s’il reste des situations difficiles accentuées par la sécheresse de ces derniers mois. L’agriculture est en évolution permanente et les éleveurs sont motivés pour avancer positivement dans leur métier malgré les difficultés rencontrées.

Le président de la Région, propriétaire du site de la Grande Halle, a annoncé, la semaine dernière que la construction de la seconde halle ce serait pour 2021 et non 2020. Que va vous
permettre cette nouvelle infrastructure ?


La seconde halle va nous permettre de nous développer davantage, en optimisant nos capacités d’accueil des exposants et des visiteurs. À l’horizon 2021, nous partagerons avec éleveurs et exposants, l’objectif d’organiser le Sommet sur quatre jours contre trois aujourd’hui. Pour la Région, cet investissement offre des perspectives de développement d’évènementiels sur le site. Ainsi, Michelin pourrait peser pour ramener le sommet mondial de la mobilité durable, qui se déroule actuellement au Canada, sur Clermont grâce à l’aménagement de la deuxième halle. Enfin, côté Sommet, nous sommes en discussion avec le gestionnaire de l’autoroute, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme et les communes pour réaménager la partie parking. Nous saturons aujourd’hui. Notre besoin est évalué à 15 000 places.

Quelles sont les retombées économiques d’un évènement comme le Sommet ?


Nous disposons d’un budget de 5 à 6 millions d’euros. On estime que l’évènement génère 150 000 transactions, avec une moyenne de 100 contacts par exposant. Pour l’hôtellerie et la restauration régionale, le Sommet c’est 12 millions d’euros de retombées, et autant pour les transports, l’affrètement et les frais d’approche.

La Turquie est l’invitée d’honneur cette année. Quelle est la stratégie du Sommet à l’international ?


Après l’Iran en 2017, c’est une chance pour nous d’accueillir la Turquie. Au-delà des commentaires politiques, il y a un intérêt commun entre l’Europe et la Turquie. Sur la viande bovine, à l’occasion d’un déplacement en avril dernier, nous avons pu mesurer le potentiel que représente ce pays pour les races françaises. Nous espérons que le récent allégement du certificat sanitaire va permettre rapidement d’exporter des animaux vers ce pays. Plus globalement, en tant que carrefour d’affaires, le Sommet travaille avec d’autres pays du pourtour méditerranéen, avec l’Asie, l’Amérique du Sud…Nous recevrons 84 délégations étrangères venues de tous les continents, soit environ 4 000 visiteurs étrangers.


Propos recueillis par Sophie Chatenet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui