L'Auvergne Agricole 27 septembre 2017 à 08h00 | Par Mélodie Comte

« Un objectif de récolte atteint à 95% »

Près de 50 % des surfaces de maïs semence ont été récoltées dans des conditions climatiques favorables.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La récolte du maïs semence est entamée depuis le 28 août et s’étirera à priori jusqu’à la fin octobre.
La récolte du maïs semence est entamée depuis le 28 août et s’étirera à priori jusqu’à la fin octobre. - © M. Comte

La récolte des maïs se-mence a débuté le 28 août dans la plaine de la Limagne. Il faudra encore un mois supplémentaire d’après Régis Rougier, président du Syndicat des producteurs de maïs semence, pour moissonner la totalité des 5 349 hectares de culture viable. À ce jour, seules 50 % des surfaces ont été récoltées et présagent «un objectif de rendement de 95%».

 

Récolte en cours

« 95% c’est mieux qu’en 2016 mais pas encore suffisant » d’après Régis Rougier. Encore une fois, les producteurs de maïs semence de la Limagne auront bien du mal à atteindre les 100%. La faute est multifactorielle, entre météo capricieuse et variétés plus ou moins sensibles. « L’hétérogénéité entre les parcelles est encore très marquée » précise le président. Si la fécondation des pieds femelles a été bien meilleure cette saison, quelques maïs mâles n’ont tout de même pas rempli leur rôle. Les chaleurs précoces de juin ont occasionné une stérilité sur un certain nombre de pieds.

Les dernières chaleurs de fin août auraient pu aussi avoir un impact sur le remplissage des grains. Or, « l’irrigation a été déterminante et a permis d’assurer les rendements».

Sur le plan sanitaire, aucun point particulier n’a été relevé durant cette campagne hormis l’invasion très remarquée de charbon. « Suivant la parcelle, entre 20 et 60% des pieds sont touchés. » Les amplitudes thermiques subies par la culture semblent être la cause de l’explosion de la maladie. Très virulente et difficile à contrer, les producteurs touchés ne peuvent que constater une perte de rendement plus ou moins importante.

Marché en demi-teinte

Ce sont les comportements des marchés qui inquiètent le plus Régis Rougier. « Notre production dépend de la production de maïs consommation. S’il y a moins de surface, les agriculteurs ont moins besoin de semences. Et malheureusement, depuis quelques temps, les marchés du maïs consommation ne sont pas à la hausse… Nous espérons seulement que nos surfaces de maïs semence seront reconduites dans leur totalité l’année prochaine. »

Le maïs semence assure la pérennité de nombreuses exploitations auvergnates. Mais depuis trois ans, les rendements font grise mine et les producteurs aussi…

Vers la fin des ensilages

 

Les travaux d’ensilage se terminent dans le département du Puy-de-Dôme avec une quinzaine de jours d’avance. L’ensemble des parcelles

en dessous de 700 mètres d’altitude ont été récoltées. Au-dessus de 700 mètres, seuls les maïs semés avant le 10 mai ont été ensilés.

Au-delà de cette date, les récoltes sont en cours et devraient bientôt être terminées. Les conditions météo ont été favorables durant cette campagne avec des fenêtres d’interventions très larges.

Les premiers chiffres quant à la quantité et la qualité n’ont pas encore été communiqués.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui