L'Auvergne Agricole 29 avril 2015 à 08h00 | Par Mélodie Comte

Un nouveau millésime plein de promesses

Le nouveau millésime de la cave Saint-Verny a dévoilé ses saveurs qui laissent entrevoir les aléas d’une année mouvementée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Paul Berthoumieu, directeur de la cave Saint-Verny et Sébastien Vidal, président ont ouvert les dégustations du millésime 2014.
Jean-Paul Berthoumieu, directeur de la cave Saint-Verny et Sébastien Vidal, président ont ouvert les dégustations du millésime 2014. - © M.Comte

C’est un millésime 2014 «un peu étrange» selon Jean-Paul Berthoumieu, directeur de la cave Saint-Verny. En cause, la météo avec un printemps promettant raisins et merveilles à la vigne, puis des orages de grêles et la pluie abondante de l’été ont balayé ces douces espérances.

Le mois de septembre et son été indien ont « sauvé les meubles » mais pas suffisamment pour remplir les caves. « Environ 6 500 hectoli-tres ont été produits en 2014 à la cave Saint-Verny. C’est un résultat très faible, nous devrions avoir 10 à 15% de volumes supplémentaires. C’est la deuxième année consécutive que nous récoltons de faibles quantités. Cela devient problématique, nous n’avons pas assez de vin. Nous sommes contraints de freiner les clients. »

 

Un vignoble à étoffer

Des quantités d’autant plus faibles que le vignoble des Côtes d’Auvergne est caractérisé par sa petite taille. Avec 750 hectares, il fait figure de petit Poucet aux côtés de Bordeaux et de ses 75 000 ha ou encore du Beaujolais et ses 18 000 ha. Cependant, comme le personnage de contes pour enfants, les Côtes d’Auvergne ont de l’ambition. « L’idéal serait de multiplier la surface totale sous appellation de la cave par deux en 10 ans » explique le directeur. Un discours ambitieux que tend à modérer Sébastien Vidal, président de la cave. « Multiplier par deux les surfaces me paraît un peu difficile. L’idéal serait d’avoir 250 ha de vignes sous appellation contre 200 ha. » Un objectif qu’il est possible d’atteindre selon les deux hommes. La vigne serait même une réponse possible à la diversification des exploitations et garantirait une rémunération fixe. « Le Puy-de-Dôme est un département à céréales. Si demain le prix des céréales chute, il faudra une culture à haute valeur ajoutée pour rattraper le manque à gagner. La vigne peut être une solution pour valoriser les surfaces en coteaux ou les terres à faible potentiel » explique le président.

Un argument appuyé par Jean-Paul Berthoumieu qui rappelle aux plus sceptiques : « les travaux de la vigne se sont mécanisés, on ne travaille plus comme il y a 20 ans. La filière est là, elle se développe et poursuivra son développement pendant encore longtemps. Je pense que les déclics peuvent venir. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui