L'Auvergne Agricole 18 décembre 2013 à 15h00 | Par Fabienne Antheaume

Udsea 63 cantonale Rochefort - Fixation du prix du lait, la responsabilité des producteurs

Pour son assemblée générale, le canton de Rochefort a choisi de débattre sur le nouveau dispositif de détermination du prix du lait et les instances où se tiennent les négociations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des échanges pour mieux comprendre l’importance des OP dans la négociation des prix des produits.
Des échanges pour mieux comprendre l’importance des OP dans la négociation des prix des produits. - © UDSEA 63

Le premier constat qui s’impose depuis 2012 et l’entrée en application du paquet lait, l’interprofession a été défaite de sa mission de fixation du prix du lait. Ainsi affaiblie, elle peine à valider des indicateurs précédemment reconnus que les entreprises interprètent à loisir. Si l’objectif initial de la réforme était de redonner le pouvoir de négociation aux producteurs, force est de constater que pour le moment, ce nouveau rapport de forces profite aux entreprises.

Alors que depuis des années, le cadre fourni par l’interprofession permettait aux producteurs de se fier au discours des laiteries sur le prix du lait, les voilà aujourd’hui contraints de négocier leurs intérêts avec ces mêmes interlocuteurs. Le changement de positionnement est radical et nombre de producteurs hésitent à adhérer aux OP(1) bien qu’elles soient les seules instances autorisées à discuter du prix du lait. L’absence d’unité des producteurs fragilise les OP et leur crédibilité face aux entreprises.

Invités à débattre, David Chauve et Vincent Battut, Présidents des OP de la SFL(2) et de Lactalis 63, ont fait part des difficultés rencontrées pour faire valoir les intérêts des producteurs et la fragilité des acquis obtenus.

Quant aux adhérents des coopératives, Damien Valleix, en tant que représentant de Sodiaal, a insisté sur l’importance qu’ils s’impliquent dans leur coopérative. En effet, tous les trois ont expliqué les enjeux majeurs qui s’annoncent pour les OP.

A partir de 2015, avec la fin des quotas, en plus du prix du lait, les OP devront négocier la gestion des volumes attribués aux producteurs. Malgré leur fragilité, les OP sont l’outil par lequel les producteurs pourront demain influer sur le développement de leur activité et le prix de leur produit. Il est indispensable que chacun en ait conscience et s’y implique.

(1) Organisations de producteurs

(2) Société fromagère du Livradois

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui